8.5/10Largo Winch - Tome 17 - Mer noire

/ Critique - écrit par plienard, le 11/11/2010
Notre verdict : 8.5/10 - Largo largué au large (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Quand on enlève la fille du Dr Stroegl, ce n'est pas pour sa beauté la pauvre ! Mais c'est bel et bien pour s'en prendre à notre héros milliardaire, Largo Winch. Un album mené à mille à l'heure et qui va emmener Largo au large de la mer noire.

Le docteur Stroegl, directeur de la banque Standart Anlage Bank à Lucerne en Suisse, attend sa fille Martha, quand le téléphone sonne. Celle-ci vient d'être enlevée et on cherche à le faire chanter. Tout simplement car cette banque appartient à la holding Zukunft Anstalt dont Largo Winch est le seul propriétaire. Un peu plus tard, lors de la fête de départ en retraite de Sir Williams Basil, le directeur général de Merchant Fleet (la flotte marchande du groupe W), celui-ci est abattu sous les yeux de Largo Winch par un Turc. Et si Largo et Gus Fennimore réagissent et arrêtent le meurtrier, celui-ci est abattu quelques jours plus tard, juste avant son interrogatoire.


L'événement de ce mois de novembre 2010 arrive enfin dans les bacs de nos libraires. Le milliardaire en blue jeans revient plus fringant que jamais pour fêter ses vingt ans. Et les éditions Dupuis ont profité de cet anniversaire pour rééditer tout au long de cette année les huit diptyques en version gold ! Si l'orphelin yougoslave est un milliardaire, il fait profiter de son succès à ses pères, Jean Van Hamme et Philippe Francq. Voici quelques chiffres qui le prouvent. Le premier album, L'héritier,  paru en novembre 1990 s'est déjà vendu à plus de 500 000 exemplaires, le T7 La forteresse de Makiling (juin 1996) dépasse les 250 000 ventes à la nouveauté, le T14 La loi de dollar (novembre 2005) dépasse les 400 000 ventes à la nouveauté ! Il est le héros d'une série télé, de jeux vidéo, a été l'égérie de Dior pour Eau Sauvage en 2001 et en février 2011 sort le deuxième film avec Tomer Sisley et Sharon Stone.

Si cette série remporte autant de succès, c'est autant par la qualité de ses scénarios que par la qualité de son personnage. Car au-delà d'être riche, Largo Winch a des valeurs humaines et sociales qui prévalent sur ses intérêts. Ainsi l'album commence par cette lettre adressée à tous les salariés du groupe W leur expliquant les différentes étapes de la crise financière, économique et sociale. Et contrairement à ce qu'on a l'habitude d'entendre ou de voir, le président Winch leur promet de garantir leur emploi et leur qualité de vie. D'emblée l'album est ancré dans la réalité et l'actualité. Et c'est une des caractéristiques de la série.


Dans ce dix-septième album, Largo va devoir encore déjouer un complot qui l'amène à être accusé de trafic d'armes et de collusion avec des terroristes. Le FBI est à ses trousses. Mais on est déjà à sa neuvième aventure  (une aventure = un diptyque) et le bougre commence à avoir de l'expérience. Il fuit donc le FBI pour mener son enquête entre la Suisse et la Turquie, emmenant avec lui sa pilote homosexuelle Silky et demandant l'aide de son ami cambrioleur Simon Ovronnaz. Evidemment, tout ne se passe pas comme prévu et l'on connaîtra la suite dans le dix-huitième album, Colère rouge.

Toutes les caractéristiques qui font la qualité de la série sont présentes. L'humour et le sexe sont souvent associés avec Monkey Balls, ou Silky assoiffée de relations jusque dans la cabine de pilotage ou encore Simon, alter ego hétéro de Silky. On remarquera aussi que l'avocat de Largo est le portrait craché du scénariste Jean Van Hamme. Un clin d'œil du dessinateur, Philippe Francq, chose qu'il apprécie beaucoup.

A découvrir
Tuniques bleues (Les)
Tuniques bleues (Les)
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Sambre
Sambre