9/10La bureautique des sentiments

/ Critique - écrit par Maixent, le 12/10/2014
Notre verdict : 9/10 - Powerpoint mon Amour (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Assurance et death metal

La vie de bureau, ce cadre étrange et hors du temps dans lequel une bonne partie de nos semblables passent au moins 8h par jours, 5 jours sur 7, inspire différents médias, que ce soit les séries comme the Office ou Better Off Ted ou la bande dessinée, représentée par Dilbert ou Gaston.


Death Metal et vie de bureau
Le monde de l’entreprise évolue, et on tente maintenant de nous faire croire que la rentabilité et le profit peuvent être associés à des valeurs d’Amour et de bien-être. Ainsi sont nées des inventions étranges comme le casual Friday, afin que l’employé se sente plus à l’aise dans cette énorme machinerie. Michel (« Bonjour, Michel »), lui, ne se reconnait plus vraiment dans cette grande famille formée par Martin & Martin Assurances et le décalage va croissant. On ne peut pas dire de Michel qu’il se détache de son métier passionnant de courtier en assurances. Michel est un homme passionné par le PowerPoint et les tableaux Excel mais toute sa bonne volonté ne lui permet pas de trouver sa place et « le sentiment d’être un pion sur un échiquier couvert de merde » est de plus en plus envahissant. Il y a bien une alternative pour Michel, Le Death Metal. Mais cela ne risque-t-il pas d’être mal interprété par ses collègues et de l’isoler d’autant plus ?

Avec une violence jubilatoire toute en finesse, Julien/CDM et Jorge Bernstein mettent en avant cet anti-héros des temps
modernes. Conservant tout au long de l’album une verve mordante et un cynisme rappelant les Idées Noires de Franquin. La progression est très bien menée et ils arrivent à rendre compte d’un destin tragique de façon comique, tant la frontière entre les deux est fine. Faisant fi du politiquement correct, les auteurs rentrent dans une logique sordide et désopilante d’autant plus marquée dans les pleines pages légendées comme un dessin de presse. Des planches proches de Voutch ou Sempé mais sans la bienveillante ironie ou la poésie triste d’un environnement urbain oppressant.  Ici on verra plutôt un membre de l’entreprise baignant dans une mare de sang après un saut à l’élastique raté et un commentaire sans appel de Michel disant « qu’un tel drame aurait pu être évité si on l’avait écouté lorsqu’il avait proposé d’organiser une tournante avec la directrice commerciale pour booster l’équipe ».


Journée difficile pour Michel
Cette alternance de planches pleine page et de bande dessinée plus classique permet de donner un rythme très marqué à l’ensemble, les deux formes de narration se répondant, mettant en évidence et avec subtilité des détails qui auraient pu passer inaperçu. Ainsi, non seulement le fond est réussi, mais la forme l’est d’autant plus, parvenant à renouveler un style et à maintenir le lecteur en haleine. Au niveau de la forme d’ailleurs, tout un travail a été fait sur la qualité graphique de l’album, dominé par ce ton jaunâtre et reconnaissable des vieux dossiers laissés au fond du placard et qui dépriment dès que le regard tombe dessus.

Sur un ton moderne, avec un travail construit et réfléchi, les auteurs ont réussi à mettre en avant un anti héros extrêmement conforme à l’air du temps. L’album est très drôle, même si il est tragique. Le décalage de Michel dans cette société de la performance est permanent et ne fait qu’amplifier l’aspect comique. Avec ce travail très fin, Jorge Bernstein et Julien/CDM confirment leur talent et nous montrent que le PowerPoint n’est pas une fin en soi et que le combat est encore rude pour faire accepter Excel par tous.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse