Soleil : Alice Matheson T1, Zombies nechronologies T2

/ Critique - écrit par plienard, le 19/06/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Formidable match entre une femme et un homme confrontés à des zombies. A votre avis, qui s’en tire le mieux ?

Alice Matheson – Tome 1 : Jour Z – note : 6.5/10

Cette nouvelle série, aux éditions Soleil, est celle d’une histoire de sérial-killer (killeuse ?). Alice Matheson est infirmière et surtout elle prend plaisir à éliminer ses patients en fin de vie. Pas grave d’après vous ! Sauf que les patients ne sont pas forcément d’accord. Elle n’a qu’une « obsession. Ressentir à nouveau cette chaleur qui la submerge lorsqu’elle tue ». Froide et implacable, elle tue par plaisir.


©Soleil édition 2015.

Alice Matheson, c’est aussi une série de zombies. Le Mary’s hospital doit recevoir plusieurs victimes à la suite d’un tragique accident de la route impliquant plusieurs voitures et un camion. Outre les blessures liées à cet accident, plusieurs victimes présentent un même point commun, la présence de morsures. Elles trouveront une explication lorsqu’un accidenté ayant succombé à ses blessures va se relever et arracher la carotide de sa femme.

Une serial-killer au milieu des zombies, le choix est osé mais les éditions Soleil ont déjà montré leur savoir-faire avec les histoires de mort-vivants avec Zombies et Zombies nechronologies.

Jean-Luc Istin est au scénario de cette étrange histoire qui se veut à la croisée des chemins avec Dexter, Urgences et Walking dead. La volonté est ambitieuse et n’est pas loin d’être réussie tant on retrouve la qualité de ses trois séries télé dans cette série de bande dessinée prévue en six tomes (un par trimestre).

Le dessin de Philippe Vandaële se veut réaliste et il l’est ! C’est une BD à mettre entre des mains de gens avertis car ça saigne, ça tranche, ça perce et ça mord.

 

 

Zombies Néchrologies – Tome 2 : Morte parce que bête – note : 5.5/10

Après un premier tome franco-suisse (dont une introduction à Paris dantesque), direction la Suède où Olivier Peru a décidé de sévir aux côtés d’Arnaud Boudoiron. Avec les productions de jeux vidéo de ces dernières années, il semble donc naturel de trouver un héros développeur de jeux vidéo de… Zombies. Et ce qui devait être une expérience pour donner des idées à ses collègues, va devenir une réalité pour notre héros dont la principale qualité est un Q.I. hors norme et une énorme capacité à diriger. Naturellement, tout n’est pas lisse et la situation va vite devenir un jeu de massacre. Notre héros va s’avérer limité dans son mode de pensée et ce qui aurait pu être un jeu de stratégie et de tensions humaines, va devenir un « banal » déroulement de plan. On reste sur notre faim (les zombies auront leur part par contre) et les graphismes, propres, mais sans grandes ambitions ne permettront pas de transcender la simplicité du récit qui va manquer d’impact et de profondeur.


©Soleil édition 2015.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse