8.5/10Kivu

/ Critique - écrit par plienard, le 04/10/2018
Notre verdict : 8.5/10 - Kivu, pas pris !

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - 3 réactions

Quand Jean Van Hamme a quelque chose à dire, il le fait haut et fort !

Kivu, c'est l'album évènement de cette rentrée 2018 aux éditions du Lombard. Outre le fait qu'il fasse partie de la prestigieuse collection Signé, il marque tout d'abord le retour (mais était-il jamais parti ?) de Jean Van Hamme à la bande dessinée depuis sa "retraite" (durant laquelle il voulait se consacrer à d'autres projets comme les romans ou le théâtre). Mais qu'est-ce qui a bien pu décider un des auteurs majeurs du 9ème art (Thorgal, XIII, Largo Winch, Le grand pouvoir du Chninkel …) à revenir sur le premier plan de la scène ? La réponse est simple et évidente à la lecture de cet album : un sujet. Les atrocités qui se déroulent depuis 20 ans dans une partie de l'Afrique appelée Kivu, ne pouvaient pas ne pas déclencher une envie d'écrire pour cet auteur. Pas pour faire un antépénultième succès, mais bel et bien pour témoigner d'une situation et dénoncer un scandale de la manière dont il sait faire le mieux : un récit de BD.


© Le Lombard 2018.

 

Daniel Daans est un jeune ingénieur qui a envie de terrain. C'est pour cette raison qu'il accepte le poste que lui propose son PDG : principal directeur de production, il sera  en charge de recruter le remplaçant du colonel Malumba, récemment décédé "dans l'exercice de ses fonctions". Sur place il sera aidé d'un ancien mercenaire, Peter De Bruyne. S'il n'est pas dupe de la manière dont les choses se déroulent en Afrique, Daniel n'est cependant pas conscient de la réelle situation. Et c'est une jeune fille pourchassée par toutes les milices du coin, qui va lui faire ouvrir les yeux …

Prenez garde, à la lecture de cet album, vous risquez de ne plus utiliser votre smartphone l'esprit totalement serein. Outre les problèmes environnementaux que cela provoquent, les métaux que contiennent nos téléphones sont l'objet d'une catastrophe humanitaire dans cette partie de l'Afrique qu'est le Kivu sans que personne ne dise rien. Et Jean Van Hamme nous en présente toute l'horreur au travers d'un récit et de personnages principaux imaginaires mais sur une situation et avec des personnages secondaires bien réels. Et c'est Christophe Simon qui se charge de la mettre en image. Cet ancien disciple de Jacques Martin - Orion, Lefranc, et quatre tomes d'Alix - signe ici un album assez remarquable et d'une justesse incroyable, loin de ses classiques, comme si le voyage au Kivu l'avait totalement transformé. Le dessinateur s'est en effet rendu dans la région, dans la clinique du docteur Mukwege (un des personnages réels de l'album) qui soigne les femmes et les enfants violés et mutilés.

Les dessins et les dialogues s'aident l'un l'autre pour un résultat plutôt bouleversant. Aucun dessin n'est dérangeant, ne montrent réellement une scène insupportable. On ressent cependant une gêne à la lecture et la découverte de ce qui se passe là-bas. Le simple fait de le dire, de décrire l'insupportable fait monter la pression et vous frappe de plein fouet.

Jean Van Hamme voulait lancer un cri d'alerte. Avec Christophe Simon, ils y ont réussi. Mais seront-ils entendus ? Cela est moins sûr.

 


La couverture de l'album - © Le Lombard 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse