LE LOMBARD : Hedge fund T3, Bob Morane-renaissance T1, Les prométhéens T2

/ Critique - écrit par plienard, le 25/11/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Au Lombard, on croise la renaissance d’un héros qui ne compte pas moins d’une centaine d’album, à un jeune trader aux dents longues et à des dieux qui ne sont plus aussi immortels qu’avant !

Hedge Fund – Tome 3 : La Stratégie du chaos – note : 6.5/10

La stratégie du chaos est le troisième et dernier album du triptyque Hedge fund au Lombard dans la collection Troisième vague qui fête, mine de rien, ses 25 ans cette année. L’ancien trader Frank Carvale est maintenant derrière les barreaux. Rattrapé par la SEC – Security and Exchange Commission – sur les malversations qu’il a effectué, il purge une peine de 100 ans. Pendant ce temps, le financier à qui il doit sa situation actuelle, Ergyu Bilkaer, continue de tirer les ficelles de la finance mondiale. Mais quel est son vrai but ?


©Le Lombard édition 2015.

Ce tome vient clore une série plutôt sympathique et qui a l’avantage de revenir sur des événements récents comme la crise des subprimes, mais aussi la dette des pays comme la Grèce. Thriller financier écrit par Tristan Roulot et Philippe Sabbah, on découvre les dessous de la finance et de sa maîtresse consentante, la politique, ce qui n’est pas pour nous rassurer pour notre avenir.

Le dessin de Patrick Hénaff est en tout point parfait, même s’il est parfois caricatural dans l’expression des personnages avec les sourires carnassiers du mafioso Dony Di Duca ou de Charly Wilson.

On passe un bon moment de lecture au final avec une belle évolution psychologique des personnages et de Tony Carvale en particulier.

 

Bob Morane renaissance – Tome 1 : Les Terres rares – note : 7.5/10

Voilà un personnage qui existe depuis plus de 60 ans, et qu’on avait un peu perdu de vue depuis un moment, la faute à quelques albums pas forcément très réussis. Il se paie, aujourd’hui, une belle tranche de renaissance, après celle de Ric Hochet, ou celle encore de Michel Vaillant.


©Le Lombard édition 2015.

Le héros de Henri Vernes a le droit a une sacrée remise à niveau, puisque le voilà à notre époque, lieutenant à la brigade parachutiste, volontaire pour une mission de maintenance de la paix au Nigéria sous l’égide de l’ONU. Deux communautés s’opposent dans le pays africain, et le soldat français va intervenir contre l’avis de sa hiérarchie pour éviter la décapitation à un homme qui n’est autre que l’ancien premier ministre.

Le relifting de l’action de Bob Morane, par les scénaristes Luc Brunschwig et Aurélien Ducoudray, est plutôt réussie alliant notre actualité comme les mouvements islamistes en Afrique avec une partie un peu plus science-fiction qui a toujours existé dans la série et qui fait son ADN. L’histoire est parfaitement crédible, l’action est au rendez-vous, et l’album sert de mise en place pour les prochains à venir (4 seraient déjà prévus). Le dessin de Dimitri Armand sert parfaitement cette reprise. A la fois détaillé et réaliste, j’ai une petite préférence pour ses jeunes femmes sexy à souhait (commentaire purement macho, désolé amies lectrices).

Si ce nouveau premier album est une réussite tant dans l’intrigue que dans le dessin, il ne plait pas pour autant aux fans et puristes de la série, ni à son créateur Henri Vernes. Plusieurs « libertés » prisent par les nouveaux auteurs dérangent : le grade de Bob, la journaliste Sophia Zukor ou Miss Ylang-ylang devenu un peu trop pin-up aux goûts de certains. Personnellement, n’étant pas un spécialiste de la série et n’ayant jamais était un fan, j’attendais un peu de voir en effet ce qu’on allait me proposer. Je sors plutôt ravi de ma lecture. Mais il est vrai qu’on peut se demander pourquoi reprendre cette série emblématique alors qu’il y a la place pour de nouveaux héros avec ce type d’histoire.

 

Les Prométhéens – Tome 2 : les enfants terribles – note : 5/10

Après un premier album de présentation des personnages importants et centré exclusivement sur les dieux, ce second tome se penche sur deux personnages humains, tous les deux flics qui plus est. On a Frank Dito, de la police criminelle de Newark, sorte d’inspecteur Harry moderne : efficace mais en conflit permanent avec sa hiérarchie. Dans le même style, mais version féminine et grecque, Elora Petrakos, jeune inspectrice d’Athènes qui tente de faire respecter la loi dans un pays en pleine crise.


©Le Lombard édition 2015.

Le scénariste du Banni, Henscher, et celui de Narcos, Emmanuel Herzet, livrent une histoire complexe à appréhender où de nombreux personnages se cotoient et aucun en particulier ne ressort réellement. Le lecteur est alors soumis à rude épreuve. Après avoir installé les dieux dans le premier tome, ils installent les humains qui vont enquêter sur les meurtres qui touchent les divinités.

Dans ce meli-mélo, le graphisme de Rafa Sandoval est tout bonnement impressionnant et on attend avec impatience lorsqu’on sera dans le vif du sujet car, pour l’instant, ce n’est pas vraiment le cas.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse