Les Humanos - Méta-Baron T4

/ Critique - écrit par plienard, le 15/02/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Le Méta-baron de Jerry Frissen prend forme.

Le nouveau Méta-baron est arrivé et devient de plus en plus humain. A l'aube de la fin de l'univers, il ne pense qu'à passer ses derniers moments avec celle qu'il aime, Orne-8, qui n'est rien moins que la fille du techno-pape. Quant à Simak, il a été mis hors état de nuire. Mais alors que le couple passe sans doute les moments les plus heureux de leur vie, un événement inattendu va venir chambouler tout cela.

©Les humanoïdes associés 2017.

Jerry Frissen a repris le personnage d'Alexandro Jodorowski et lui apporte une aura beaucoup plus humaine. Mais bien que l'on reste dans un univers extrêmement violent et décadent, il faut bien avouer que seul l'auteur chilien était capable d'apporter cette ambiance. On sent bien la volonté des nouveaux auteurs d'être dans le même registre mais avec un peu moins de savoir-faire : les expressions de Tonto sont notamment moins percutantes ; et le jeu avec les personnages secondaires, qui ont envie d'être les premiers à détrôner le Méta-baron, est bien sûr interessant mais ne participe pas à rendre tout cela original. On ne peut pas leur reprocher de ne pas essayer.

Dans ce quatrième tome, je crois bien que Jerry Frissen réussit à donner une nouvelle vie à la série. Si dans les premiers tomes, on ne voyait pas comment il pouvait réussir à égaler le maitre Jodorowski, juste en allant encore un peu plus dans la surenchère, il essaie ici une nouvelle voie qui peut lui permettre d'apporter sa patte personnelle. Le côté humain du Méta-Baron va pouvoir prendre toute son importance et il va peut-être mettre fin au rite de transmission des plus grands guerriers de l'espace. Une nouvelle vie va s'offrir à lui.


La couverture de l'album - ©Les humanoïdes associés 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse