Les Humanos : Carthago adventures T5, Retour sur Belzagor

/ Critique - écrit par plienard, le 05/04/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Une série fantastique et une série de science-fiction dans la pure philosophie des humanos.

Carthago adventures - Tome 5 : Zana - note : 7,5/10

Nouvel album et nouvelle créature tirée des récits de cryptozoologie. Il est ici question des Almastys, des espèces de grands singes humanoïdes qui vivraient dans les montagnes du Caucase. On les compare souvent au Yéti.


© Les Humanoïdes associés 2017.

 
Christophe Bec reprend une légende selon laquelle une almasty, appelée Zana, aurait été capturée dans les années 1850. Il utilise ici une bonne partie de l'histoire pour sa série Carthago adventures. Et loin d'être une série d'horreur ou horrifique, il y ait plutôt question de complot d'État, de mauvais comportement humain.
Le jeune et influent Feiersinger ne veut pas rester sur l'échec de sa recherche du Nessie. Il entend bien claquer le bec de son rival, Lord John Russel, en ramenant un spécimen d'Almasty vivant. Il va pour cela engager l'ancien boxeur russe, Nikolaï Dzagoev, une force de la nature qui serait ni plus ni moins le descendant de Zana.
Au fil des albums, Feiersinger apparaît de moins en moins cynique et une part plus importante est faite aux émotions. La série y gagne.

 

 

Retour sur Belzagor - épisode 1/2 - note : 7/10


Retour sur Belzagor est un diptyque annoncé aux éditions des Humanoïdes associés et est l'adaptation par Philippe Thirault du roman de science-fiction de Robert Silverberg, Les profondeurs de la Terre.
Un couple de scientifique, les Wingate, veulent filmer la cérémonie de la renaissance sur la planète de Belzagor, un rituel secret et interdit aux humains. Ils font appel à Eddy Gundersen qui a vécu dix ans sur la planète. Il n'y était pas revenu depuis huit ans, après l'avoir quitté précipitamment. Il doit permettre aux deux scientifiques d'approcher de la cérémonie interdite sans éveiller les soupçons des espèces indigènes : les Nildorors et les Sulidorors.


© Les Humanoïdes associés 2017.

 
Il ne vous aura pas échappé que depuis quelques temps, les Humanoïdes associés ont entrepris d'adapter des romans de science-fiction qui rappelle l'esprit de Métal Hurlant. Cela n'est pas prêt de s'arrêter puisqu'un partenariat entre la maison d'édition et les éditions Critic vient d'être signé. Et trois projets sont déjà annoncés avec Les Peaux épaisses de Laurent Genefort (adapté par Serge Le Tendre, prévu pour 2018), puis Point Zéro d'Antoine Tracqui, et Arca de Romain Benassayas. Mais les Humanos n'ont pas attendu cette association pour adapter des romans, et notamment ceux de Julia Verlanger. Pour preuve les trois albums de L'autoroute sauvage.
Ici, c'est Philippe Thirault, le scenariste de Mandalay (quatre tomes), Sanctuaire genesis (deux tomes), L'Arène des Balkans ou encore La meute de l'enfer, qui adapte ce roman pour un résultat qui ressemble à un hommage à un style passé. Concernant l'intrigue, ce premier album permet de mettre en place les personnages et de poser les premières questions sans en avoir encore les réponses bien entendu.
La dessinatrice de ce diptyque est la douée Laura Zuccheri (Les épées de verre, quatre volumes) et met en place un univers original et crédible. Les deux espèces, Nildoror et Sulidoror, sont particulièrement bien réussies.


Les couvertures des 2 albums - © Les Humanoïdes associés 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse