Glénat : Nautilus T2, Rectificando T1, Sangoma

/ Critique - écrit par plienard, le 15/12/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Tags : one tome glenat dessinee integrale dargaud vol

Parmi eux, une pépite !

Rectificando - Tome 1 : Famille de sang - note : 7/10

Didier Convard et Denis Falque reviennent avec un spin-off du Triangle secret, leur série best-seller, ce qui en fait la cinquième série dérivée après I.N.R.I. (4 tomes), Les gardiens du sang (5 tomes), Hertz (5 tomes) et Lacrima Christi (6 tomes).


© Glénat 2021.

 

On y retrouve l'équipe qui a officié dans l'intrigue de Lacrima Christi et sauvé le monde de la folie d'un dictateur nord-coréen. Ce premier tome est un one-shot, dans lequel le triumvirat demande à Jean Nolane, le rectificateur et son équipe - Karen et Mattei - de quitter ses vacances paradisiaques en Corse pour récupérer le portable d'un journaliste infiltré dans une secte de chrétiens fondamentalistes et dont le meurtre a été maquillé en accident de voiture.

Une série d'espionnage qui n'est pas sans rappeler la série télé Mission impossible dans sa présentation de la mission à Jean, mais avec moins de gadget. Un bon one-shot qui déstabilisera un peu les fans de l'univers du Triangle secret, par son intrigue finalisée en un album. Mais on s'attend à découvrir d'autres missions possibles !

 

Nautilus - Tome 2 : Mobilis in mobile - note : 8/10

Le roman de Jules Verne, 20 000 lieues sous les mers, a trouvé sa suite sous forme d'un triptyque de BD franco-belge aux éditions Glénat dont le deuxième tome vient de sortir.


© Glénat 2021.

 

On y retrouve l'agent secret Kimball O'Hara qui cherche à empêcher un conflit entre l'Inde et la Russie et par la même occasion s'innocenter de l'attentat dans le port de Bombay. Mais pour ce faire, il doit récupérer des documents enfermés dans un coffre à des centaines de mètres de profondeur. C'est pour cette raison qu'il a fait échapper le célèbre capitaine Némo des geoles russes. Avec le Nautilus, ils pourront plonger jusqu'à l'épave pour atteindre le coffre-fort. Mais peut-il faire confiance à cet homme ? D'autant qu'il lui a lui-même caché sa véritable identité en se faisant passer pour un agent français. Une association basée sur le mensonge peut-elle réussir ?

Mathieu Mariolle est sur le pont en ce moment. Un album aux éditions les humanoïdes associés se déroulant dans un sous-marin allemand, Le dernier secret d'Hitler, et le second tome de Nautilus.

Mathieu Mariolle nous offre des personnages charismatiques et mystérieux, fort dans leurs certitudes. Mais entre O'Hara et Némo, la jolie Jaya  n'a rien à leur envier et vient compliquer la mission de Kimball.

Le dessinateur de ce triptyque s'appelle Guénaël Grabowski. Un nom peu connu mais qui ne devrait pas le rester très longtemps tant on prend du plaisir à regarder ses cases et son coup de crayon fait pour la grande aventure. On y retrouve la patte d'un Hughes Labiano dans Le Lion de Judah.

  

Sangoma, les damnés de Cape town - note : 9/10

Bon, bin, voilà, on va pas faire de chichi : c'est le meilleur album de l'année ! Un polar en pleine Afrique du Sud, un pays qui se débat pour mettre en place la société de l'après-Apartheid.

Cela fait 30 ans que l'Apartheid est finie, mais les richesses, et notamment les terres agricoles appartiennent toujours aux afrikaners. La réforme agraire qui est en préparation doit changer tout cela. Mais entre ceux qui ne veulent rien lâcher (les blancs) et ceux qui veulent tout récupérer (les noirs), le compromis est compliqué et cristallisent les oppositions. C'est dans ce contexte, que le lieutenant Shane Sheppard hérite de l'enquête sur le meurtre d'un ouvrier agricole noir dans une ferme tenue par une famille blanche. Une enquête qui va l'emmener sur les traces de croyances et des rites ancestraux, jusqu'au fin fond des township où l'homme blanc n'est pas le bienvenu.


© Glénat 2021.

 

Une enquête policière sur le meurtre d'un noir menée par un blanc dans un pays aux tensions raciales exacerbées, cela aurait aussi bien pu se passer en Amérique. Mais le contexte sud-africain offre une tout autre ambiance que le dessin réaliste de Corentin Rouge dépeint à merveille. Le dessinateur de Rio (quatre tomes déjà chez Glénat) parvient à donner toute la tension du contexte mais aussi le côté désinvolte de Shane. On y retrouve la puissance d'un François Boucq, d'un Rossi ou d'un Jean Giraud.

Question intrigue, on est servi. La désinvolture du policier offre de grand moment d'action. Et si ce n'est pas toujours "politiquement correct", le récit à plusieurs intrigues est clair et s'enchaine sans difficulté.

 


Les couvertures des 3 albums - © Glénat 2021.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse