Dupuis : Le chalet bleu, Nada

/ Critique - écrit par plienard, le 03/12/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

La beauté et la poésie de Servais face à la noirceur et la violence d'un Manchette.

Nada - note : 7/10

Nada est un pur polar de Jean-Patrick Manchette adapté en bande dessinée par fils Doug Headline et dessiné par Max Cabannes après déjà Fatale en 2014.

L'histoire sent bon les années 70 et le style est des plus reconnaissables : c'est de la littérature de polar, dans ces descriptions pas toujours très utiles mais qui donne le ton, l'ambiance et l'atmosphère. On se croirait dans un Blake et Mortimer hard-boiled avec le style graphique de Max Cabannes qui est très éloigné de la ligne claire d'un Edgar P. Jacobs.


© Dupuis 2018.

 Des bonshommes formant un groupe disparate projettent d'enlever l'ambassadeur américain à Paris. Pour quelle raison ? Difficile à dire : anarchistes ou simples escrocs, leurs motivations ne sont pas très claires. Entre l'anarchiste Buenaventure, Treuffais le prof de philo, l'espèce de barbouze Epaulard, l'alcoolique D'Arcy et la pute Cash, on a affaire à une équipe hétéroclite, loin d'être professionnelle. Et si l'enlèvement se déroule tant bien que mal, la suite va être particulièrement mouvementée.

Rarement on aura senti une BD aussi proche du genre littéraire, dans son dessin et ses textes. Et si on ne lit pas de la grande littérature, l'attrait est bien présent et on se laisse prendre dans cette spirale de violence jusqu'à en vouloir connaître la fin.

 

Le Chalet bleu - note : 6,5/10

L'auteur de Orval, Godefroy de Bouillon ou encore Les chemins de Compostelle, Jean-Claude Servais revient avec un joli conte poétique sur le cycle de la vie et de l'amour, sur la séparation et la mort. Une fois encore, l'auteur belge utilise sa région - les Ardennes belges - comme décor et qui concentre pratiquement l'ensemble de ses derniers récits.


© Dupuis 2018.

 Le chalet bleu est une ode à la nature et au vivre mieux et simplement. Il y a, en quelque sorte, une espèce de poésie qui vous pousse à suivre votre instinct, vos envies. Ici, la jeune Alice - une dizaine d'année - s'enfouit de la maison pour aller vivre dans les bois. Elle y rencontre un garçon piégé dans un corps qui ne vieillit pas. Ensemble, ils vont vivre dans un chalet au bord du lac. Ils vont y découvrir l'amour, la maternité, la vieillesse. Une vie d'homme rythmée selon les saisons.

En découpant son album en quatre chapitres - un par saison - Servais propose une allégorie sur la vie assez jolie et belle. Son dessin d'une grande finesse et d'une précision incroyable dévoilent une réalité fictionnelle faite de fantastique mais à laquelle on serait prêt à croire.

On pourra peut-être regretter le côté "so friendly", où tout est toujours beau et joli. Si vous aimez les récits plus réalistes dans les rapports humains, sans doute cette bande dessinée ne vous conviendra pas et vous paraîtra trop crédule. Si au contraire, vous aimez la beauté et les contes de fées, celui-ci devrait vous ravir. Sauf qu'il n'y a pas de fées.

 


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse