Dupuis : Les chemins de Compostelle T4, Millénium saga T2, SOS bonheur volume 2, Jolies ténèbres

/ Critique - écrit par plienard, le 24/12/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Des récits nordiques, morbides, d'anticipation et alchimiques chez Dupuis.

SOS bonheur - saison 2 : 1/2 - note : 8,5/10

SOS Bonheur est un album de la collection Aire libre chez Dupuis qui a vu le jour il y a près de 30 ans (trois tomes entre 1988 et 1989). Signé Jean Van Hamme et Griffo, il faisait oeuvre de récit d'anticipation pour l'époque. Depuis novembre 2017, SOS Bonheur a droit à une seconde saison, signée cette fois par Stephen Desberg (adoubé par Jean Van Hamme lui-même) et toujours dessiné par le talentueux Griffo.


© Dupuis 2017.

 Et c'est un album glaçant qui s'ouvre devant nos yeux. Découpé en plusieurs chapitres, on découvre les facettes d'une société où les immigrés sont emmurés dans des cités alors que les français "les plus purs" sont favorisés pour avoir un emploi ou un appartement. Mais la vie idéale n'existe pas réellement car si vous êtes du bon côté, cela ne vous empêche pas de devoir respecter les règles : avortement interdit, et surtout divorce banni. Alors avoir une liaison extra-conjugale  ne plaît pas aux forces du maintien de l'ordre matrimoniale. Une attitude irréprochable est attendue par les organismes privés qui assurent votre vie. Ainsi, lorsque votre fille montre des signes de non-respect des valeurs prisées par l'ordre établi, il se pourrait que votre contrat d'assurance arrive à échéance plus tôt que prévu.

Des petits histoires pour raconter une société qui font réfléchir sur la nôtre. En effet, plusieurs expressions ou situations font échos à notre vie, et on se met à voir les conséquences que cela pourrait avoir. Et cela fait froid dans le dos. Nous avons cependant le pouvoir que cela n'arrive pas et des livres comme celui-là peuvent aussi servir à cela.

 

Les chemins de Compostelle - Tome 4 : Le vampire de Bretagne - note : 8/10

On retrouve nos marcheurs à travers la France pour la fin du premier cycle de la série. La belge Blanche est toujours sur les traces de son grand-père alchimiste, et après Notre-Dame de Paris, elle prend la direction de la cathédrale de Chartres. Elle est accompagnée du suisse Alexandre pour découvrir tous les symboles de l'alchimie.


© Dupuis 2017.

 Céline hésite encore à entrer dans les ordres. Elle prend la route pour Saint-Jacques de Compostelle espérant y trouver une réponse. Elle rencontre en chemin le mystérieux Dominique qui a un comportement étrange. Lorsqu'elle découvre qu'il est recherché par la police pour meurtre et qu'elle est soupçonnée de complicité.

Les pérégrinations de ces quatre personnages vont les emmener sur les traces de Gilles de Rais et de Jeanne d'Arc.
Servais nous livre une aventure policière et historique assez haletante. Le personnage de Dominique est assez mystérieux, voire inquiétant, même si ce sentiment est moins présent dans ce quatrième tome. On en veut pour preuve : Céline croit en son innocence. Une croyance contagieuse.

L'auteur en profite pour lier histoire religieuse, historique et ésotérisme. Et on plonge littéralement dedans. Si dans les tomes précédents, on avait eu une parfaite réclame sur la géographie des lieux visités, sorte de livre du routard dessiné, on continue ici avec une part supplémentaire sur l'historique. C'est franchement intéressant pour ceux qui aiment l'Histoire et particulièrement la période de Jeanne d'Arc et Gilles de Rais. Le trait de Servais n'est plus à encenser tant on connaît son talent, mais ses décors, notamment de nuit, sont envoûtants et fidèles aux lieux.

Que ceux qui aiment l'Histoire et les paysages de la France se laissent tenter par la série de Servais aux éditions Dupuis, ils devraient être ravis. Et si en plus vous appréciez les thrillers, c'est en bonus.

 


Millénium saga - Tome 2/3 : Les nouveaux spartiates - note : 6,5/10

Les éditions Dupuis et Sylvain Runberg ont obtenu les droits d'adapter de nouveaux récits à la série Millénium. Elle prend forme ici avec la série Millénium saga et un premier triptyque. On y retrouve les personnages principaux, Lisbeth Salander et Mikaël Blomkvist, qui vont devoir une nouvelle fois faire équipe.


© Dupuis 2017.

 Si le plaisir de retrouver deux personnages forts est un plaisir, il faut bien avouer qu'on a l'impression de suivre un peu le même schéma que pour la série principale. À l'exception près que le complot est de moindre envergure et que la bande d'extrémistes de droite avec leur casques de spartiate sur la tête semblent tout droit sortis d'un manga comique. 

Lisbeth et ses amis hacker sont les cibles d'un groupuscule d'extrême-droite qui veut utiliser leur talent pour hacker le nouveau data-center de la sapö. Si elle a réussi à s'échapper, ce n'est pas le cas de ses amis Plague, Trinity et Bob the dog, que les extrémistes mettent sous pression. Lisbeth va tout faire pour les retrouver et ses recherches avec Blomkvist va les mettre sur la piste d'un conférencier antiféministe. C'est peut être la partie la plus prenante puisqu'elle trouve un écho avec l'actualité du moment concernant les harcèlements subis par les femmes, leurs révoltes actuelles.

Côté dessin, il est compliqué de rivaliser avec Homs (le dessinateur de la série principale), et il y a deux façons de voir : celui du verre à moitié vide, ou à moitié plein. Ici, clairement, on préférera avoir un avis positif avec les dessins d'Ortega qui sont très appréciables dans ses plans serrés. Il y a ensuite beaucoup d'énergie qui se dégage de son trait et cela est nécessaire tant tout le monde est à cran et n'hésite pas à tirer dans tous les sens.

On a globalement un album dans la même veine que la série principale.

 

Jolies ténèbres - note : 9/10

Le superbe album de Fabien Vehlmann et Marie Pommepuy, et dessiné par Kerascoët, paru en 2009 aux éditions Dupuis, a le privilège d'être réédité et d'intégrer la prestigieuse collection Aire Libre de l'éditeur belge.


© Dupuis 2017.

 Une "récompense" naturelle et qu'on comprend facilement quand on lit ce conte noir déconcertant. Mélange de la douceur d'un Myazaki et de la rudesse d'un Tim Burton, l'œuvre est enrichi d'une vingtaine de pages supplémentaires.

Un cadeau original et tout trouvé pour les fêtes de fin d'année. Et pour savoir ce qu'on en pense, je vous invite à lire ceci.


Les couvertures des 4 albums - © Dupuis 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse