Delcourt : Jour J T37, Nevada T1

/ Critique - écrit par plienard, le 29/07/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Nevada - Tome 1 : L'étoile solitaire - note : 8/10

L'équipe d'auteurs - Jean-Pierre Pécau, Fred Duval, Colin Wilson et Jean-Paul Fernandez - de la série Wonderball revient avec un nouvel héros, Nevada.


© Delcourt 2019.

 

Louise Hathaway est productrice de cinéma à Hollywood et elle rencontre parfois des problèmes avec ses acteurs et actrices qui prennent quelques libertés avec les planning et leurs dispositions. Nevada Marquez est là pour régler ce genre de situation et ramène ces acteurs indélicats dans le droit chemin. Dernier en date, Mac Nabb,surnommé l'étoile solitaire, qui est parti en virée avec un ami alcoolique au Mexique. Sauf que la star ne revient plus et que le tournage du western le plus cher du moment risque de s'arrêter.

Un western moderne, qui se déroule dans l'Amérique des années 20 et dans lequel Colin Wilson s'éclate. On démarre par une première page digne d'un film en cinémascope et il vous reste à vous installer confortablement dans votre fauteuil pour visionner la suite. Il aime donner un air "eatswoodien" à son personnage principal (comme dans Wonderball). Mais ici, il y a rajouté un côté Errol Flinn qui nous met bien dans l'ambiance hollywoodienne.

 

Jour J - Tome 37 : Lune rouge (1/3) - note : 8/10

On connaît Jean-Michel Ponzio pour ses séries engagées à forte connotation politiques (Le complexe du chimpanzé, Genetiks) et dans des environnements confinés (Le protocole Pélican). On retrouve ici un peu de tout cela dans ce nouvel album de la série thématique Jour J. Un trente-septième tome, annoncé comme étant le premier d'un triptyque, et où on se retrouve dans les années 80 alors que l'URSS est devenue l'URSSE et s'étend de Gibraltar à la Sibérie.


© Delcourt 2019.

 

Dans cet univers socialiste soviétique, les opposants sont irrémédiablement déportés au goulag d'où ils pourront avoir une vision prédominante de la Terre. Ils sont envoyés dans un goulag, sur la Lune, où règne "les voleurs de la loi", Les Vor, chefs de clans.

C'est dans cet enfer lunaire que Babette Goss - journaliste d'opposition - et Félix Ardan - contrebandier d'objets contre-révolutionnaires - se retrouvent et où ils ont la bonne idée de sauver la vie de Miki, un fils de parrain de la mafia russe.

C'est une grosse signature que s'offre le label Jour J avec Jean-Michel Ponzio. Et les scénaristes Jean-Pierre Pécau et Fred Duval se mettent au diapason pour lui fournir un scénario de qualité où les personnages de : Babette semble cacher des choses ; Félix Ardan faire montre d'une certaine débrouillardise ; et Miki, un vor qui n'accepte pas qu'on lui résiste.

 


Les couvertures des 2 albums - © Delcourt 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse