Casterman : Universal War Two T3, Eternum T2

/ Critique - écrit par plienard, le 22/11/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux récits de science-fiction chez Casterman pour le plus grand plaisir des fans.

Universal war Two – Tome 3: L’exode – note : 8/10

En ramenant Kalish du passé, Théa pensait avoir trouvé la solution au problème de la disparition de toutes les planètes habitées par l’homme et les canaanéens par les extra-terrestres et leur triangle destructeur. Malheureusement, pour l’instant, c’est la soupe à la grimace et la seule chose à faire est de fuir le plus loin possible. C’est l’option prise par son cousin Vidon qui l’abandonne à son triste sort. Et si Théa, ses amis et Kalish veulent rejoindre la flotte, il faudra décrocher le triangle collé sur la carlingue de leur vaisseau avant que la planète ne disparaisse.


©Casterman édition 2016.

Denis Bajram continue d’emmener au plus profond du désespoir ses nouveaux personnages. Ceux-ci perdent pied complètement et leur amitié et leur confiance sont mises à rude épreuve. Ils vont pourtant reprendre peu à peu leurs esprits quand ils vont se trouver en face de leur dieu, Kalish, qui n’apprécie guère cela.

Cet album détonne un peu par rapport aux deux précédents. L’action et la guerre fait place à la réflexion et l’enfermement. Les personnages apparaissent un peu jeunes et n’ont pas encore l’aura de leurs prédécesseurs du premier cycle. Cet album marquera pourtant un tournant dans le récit avec l’entrée dans le monde adulte de ses jeunes personnages.

Denis Bajram réussit encore à nous surprendre avec un nouveau problème qui va être confronté à Kalish, Théa & co, et ils apparaissent bien démunis.

 

Eternum – Tome 2 : Les bâtisseurs – note : 7.5/10

Christophe Bec et Jaouen, les auteurs du tome 1 du spin-off de Carthago : Carthago adventures, remettent le couvert avec leur nouvelle série Eternum. Une série de science-fiction se déroulant à la fin du 23ième siècle.


©Casterman édition 2016.

Les progrès scientifiques sont énormes et les voyages dans l’espace, l’exploration et l’exploitation des richesses minières de certaines planètes sont devenues possibles. Et lc'est ors de l’une de ces recherches minières qu'un sarcophage renfermant une femme a été découvert. Ramené sur Terre pour être analysé, l’équipage sera retrouvé mort après s’être entretué. Gardée dans un endroit protégé, la femme du sarcophage, au physique parfait est surnommée Eve et devient un sujet d’étude. Mais d’étranges comportements violents voire meurtriers apparaissent chez les hommes. Ils sont pratiquement tous touchés et rapidement il devient évident qu’il faut les éloigner. Mais ce phénomène n’est peut-être pas le plus dangereux. Quatre rayons cosmiques traversent l’espace en direction de la Terre. Pour quelles conséquences ?

La femme est-elle l’avenir de l’homme ? En lisant cette histoire, on est en droit d’en douter. A l’image du récit biblique, c’est par l’intermédiaire de la femme (Eve) que le mal survient. Mais ici, le mal apparaît plus radical. Il est question ni plus ni moins de la fin de l’espèce humaine.

Un très bon récit de science-fiction que Jaouen honore de son trait réaliste. Une très grande imagination dans les décors et les costumes donnent de la crédibilité à ce récit futuriste. C’est déjà une belle réussite, en attendant le tome 3 final.


Les couvertures des 2 albums - ©Casterman édition 2016.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse