Futuropolis : Didier, la 5ième roue du tracteur, La terreur des hauteurs

/ Critique - écrit par plienard, le 15/10/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Didier la cinquième roue du tracteur - note : 6,5/10

Pour leur première collaboration, Ravard et Pascal Rabaté nous proposent une comédie sentimentale chez les agriculteurs, une sorte de "Le bonheur est dans le pré" en version BD.


© Futuropolis 2018.

 Le dessinateur de Hamlet 1977 revient avec une nouvelle histoire d'amour mais d'un tout autre genre. Il montre une fois de plus qu'il est doté d'un trait protéiforme et qu'il est capable de dessiner tous les sujets : le polar avec Morts aux vaches, le documentaire avec Clichés de Bosnie, le tout sans qu'on ne reconnaisse son trait. Il a un dessin au service du récit comme peu savent le faire.

Côté histoire, c'est frais et rigolo, parfois cruel dans la réalité qui est mise en avant : le niveau de vie des agriculteurs, la difficulté à trouver l'âme sœur pour des gens qui consacrent l'essentiel de leur temps à leur exploitation.

Une comédie douce amère, aux couleurs rose bonbon qui donnent à cette histoire l'idée d'une rigolade entre deux auteurs. Mais ce serait passer à côté des sujets sociaux qu'ils abordent.

 

La terreur des hauteurs - note : 6/10

Jean-C Denis se livre une nouvelle fois, après Nouvelles du monde et ses subtils arômes en 2008 (chez Futuropolis), avec La Terreur des hauteurs, un récit sur un mal banal et universel : le vertige. Il nous exprime toute la difficulté que ce symptôme peut apporter à n'importe quel moment et sans jamais prévenir. Une sensation qui peut gâcher une sortie en balade, vous mettre mal à l'aise.


© Futuropolis 2018.

 Jean-C Denis se livre sans fausse pudeur dans un style qui frise l'auto-psychanalyse. Est-ce que cet album sera pour lui sa catharsis ? Rien n'est moins sûr. Et cela pèse parfois sur le récit, surtout sur le début. On a l'impression qu'il cherche à se soigner plutôt qu'à simplement nous exprimer les symptômes. Et pourtant, cela aurait pu être intéressant de savoir comment appréhender quelqu'un qui a le vertige. Car on a tous été confronté, un jour, à quelqu'un de tétanisé, sans pouvoir plus bouger, en plein milieu du chemin. Que faire ? Que lui dire ?

Ce live n'apportera pas de solutions aux autres car il n'y en a pas. Chaque peur trouve son origine dans un passé personnel. Jean-C le sait et avec ce livre il tente de nous le faire savoir. Au travers d'anecdotes, plus ou moins rigolotes, il se raconte, raconte son mal qui vient sans crier gare … ou pas. C'est la conclusion de ce drôle de livre.

 


© Futuropolis 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse