7.5/10Thor - Renaissance : Un retour du tonnerre !

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 19/04/2011
Notre verdict : 7.5/10 - Il nous rend marteau ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Thor est de retour sur Terre alors que lui et les siens étaient morts. Bonne nouvelle pour les hommes mais aussi pour les lecteurs, puisque ce retour s'accompagne d'une force et d'une puissance qui ne pourront pas laisser indifférent.

Le mois d’avril est dédié, semble-t-il, à un héros Marvel du nom de Thor. En parallèle d’une adaptation cinématographique, nous retrouvons plusieurs parutions qui lui sont dédiées. Parmi elles, figure un ouvrage de 288 pages dénommé Renaissance. En effet, certains le savaient déjà mais Thor et tous ses amis Asgardiens sont morts lors de Ragnarok. Pourtant, le dieu du tonnerre pensait l’avoir repoussé, annulé, mais finalement l’événement est arrivé, consumant sur son passage Asgard et ses divinités. Cependant, tout a une fin dans le monde des super-héros, y compris la mort. Pour faire revenir le géant blond, il fallait une équipe capable de faire honneur à son histoire tout en le dépoussiérant un peu.


Le nouveau Thor !
C’est ainsi que Straczynski prend les commandes de la série, fort de son expérience sur The Twelve, Superman Year One ou encore la série Babylon 5. Pour l’accompagner dans cette quête, Olivier Coipel joue des crayons. Le Français est certes un petit nouveau mais son expérience sur House of M lui ouvre les portes de ce renouveau. Le duo est donc l’union entre l’expérience et la fougue de la jeunesse. Dans cette album, nous retrouvons également Matt Fraction qui a notamment remporté un Eisner pour son travail sur l’Invincible Iron Man. L’auteur remplacera Straczynski sur la saga lorsque celui-ci partira vers de nouveaux horizons. Cependant, sur les 288 pages du recueil, l’essentiel est consacré au duo Straczynski-Coipel.

Ainsi donc, tout commence par la saga Renaissance. Thor revient sur Terre, et ce retour le lie de nouveau au docteur Donald Blake. L’union des deux personnages est plus intime que jamais puisque les deux hommes ne cessent de se parler et de se prodiguer des conseils. Blake a sa propre personnalité, et elle s’exprime plus que jamais. Le Dieu du tonnerre est cependant le seul représentant de son espèce, et lorsqu’il reconstruit Asgard au cœur de l’Oklahoma… autant dire qu’il se sent vraiment mais alors vraiment seul. Pour retrouver ses amis, il va donc utiliser le pouvoir donné par son père, qui va lui permettre de libérer l’esprit des Asgardiens prisonniers des corps humains. Sa mission, fastidieuse sur le papier, s’avère rocambolesque.


Le retour d'un dieu, ici Heimdall
Entre deux questions métaphysiques dont seul Thor a le secret, nous le retrouvons lui ou ses amis, dans des scènes de la vie quotidienne aux côtés des habitants d’un petit village de l’Oklahoma. Hogun qui chasse le sanglier, Volstagg qui mange des tartes au conseil municipal en découvrant l’invention des égouts sont des exemples de la rencontre cocasse entre Asgardiens et Terriens. Toutefois, n’allez pas croire que le retour de Thor soit une sinécure, le puissant détenteur de Mjolnir (son marteau) rencontre de puissants ennemis et d’anciens amis. En effet, le retour de Thor se fait peu après Civil War et sa rencontre avec Iron Man est fracassante. Tête de fer semble d’ailleurs impuissant face à la divinité nordique. Cette dernière a décidé dorénavant de se battre sans retenue. Son marteau voltige au milieu d’une pluie d’éclair tandis que Thor se dresse au milieu de ses ennemis avec une puissance que l’on a vu bien trop rarement par le passé. Ceci dit, si le récit est dans son ensemble cohérent et équilibré, le lecteur doit garder en mémoire que nous parlons de Thor. Ainsi donc, nous retrouvons les grandes phrases héroïques et les discours lourds de sens dont il a secret. L’empreinte mythologique est également forte et si les amateurs seront ravis, les autres trouveront que le rythme se ralentit dans ces moments-là. En effet, si la découverte des trois guerriers ou de Heimdall est explosive, la rencontre entre Odin et Thor est plus posée.


Accusé à tort ?
Ce récit marque d’ailleurs une pause intéressante puisque nous retrouvons ce rythme dans l'histoire de Skurge l’exécuteur. Une sorte de légende illustrée où Loki joint ses forces à son frère pour comprendre qui a pu les duper de la sorte. Si le récit s’avère intéressant graphiquement, le fait que Skurge soit représenté avec des fusils automatiques dérange un peu dans l’univers heroïc fantasy d’Asgard. Le dernier récit, Le procès de Thor, nous laisse sur notre faim et nous ne faisons le lien avec Renaissance qu’avec difficulté. Cela dit, le graphisme reste suffisamment proche de la saga principale pour s’inscrire dans ce recueil sans problèmes. Thor, dans sa nouvelle armure, est imposant. Ses muscles sont massifs sans pour autant qu’il ait l’air d’avoir fait de la gonflette. C’est un géant baraqué. Les visages traduisent également cette dureté notamment avec l’arête du nez et des arcades qui semblent souligner le caractère guerrier des Asgardiens. Le regard des guerriers et celui des humains sont différents. Les humains ont l’air plus fragiles mais en même temps plus expressifs. L’équilibre se conserve ainsi tout au long de l’album et le style musclé et massif de Coipel s’adapte donc parfaitement à l’univers viril de Thor. Les séquences d’action laissent la part belle à la puissance de Thor et quels que soient les ennemis affrontés, ses muscles parlent pour lui. Chaque geste semble rechercher l’efficacité et la dramaturgie comme si dans chaque bataille, Thor jouait sa dernière carte.

Cet album est donc un plaisir pour les amateurs de héros et de la mythologie nordique, même s’il faut admettre que son encrage mythique peut repousser les néophytes ou ralentir le rythme. Le dessin modernise considérablement Thor et il faut avouer que le gaillard en avait bien besoin. Il remplace ainsi les collants et les tissus par un mélange de cuir et de cotte de mailles. Même son casque subit un léger lifting afin de se démarquer davantage d’un célèbre héros Gaulois. Un album tout en muscle pour les amateurs du dieu du tonnerre.


Les 3 mousquetaires ? Non ! Les 3 guerriers !

A découvrir
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Sambre
Sambre
V pour Vendetta
V pour Vendetta