7/10Old Man Logan : papy Wolverine

/ Critique - écrit par riffhifi, le 20/11/2011
Notre verdict : 7/10 - Servalétudinaire (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Mark Millar et Steve McNiven imaginent un Wolverine rangé des voitures, dans un futur post-apocalyptique où le Mal règne en maître. Mais l’animal couve sous le fermier…

Imaginer l’avenir des super-héros, le temps où ils auront le cheveu gris et le bidon flasque, c’est un exercice auquel pas mal d’auteurs se livrent avec enthousiasme depuis le succès artistique, critique et public du Dark Knight Returns de Frank Miller. Wolverine y est même déjà passé en 2004, sous la férule de Paul Jenkins et Claudio Castellini : dans La Fin, ils imaginaient un Logan solitaire et nostalgique, parti dans une ultime croisade identitaire… L’approche choisie pour Old Man Logan est différente : dans un monde post-apocalyptique où les héros ont été broyés par les super-vilains, Wolverine a rangé les griffes et s’occupe de sa ferme avec sa femme et ses deux enfants. Jusqu’au jour où Œil-de-Faucon, ironiquement devenu aveugle avec l’âge, vient lui demander un service… Le mutant laissera-t-il échapper la bête qui sommeille
DR.
en lui ?

Un monde où les bad guys ont fait la peau aux défenseurs de la justice, ça vous rappelle quelque chose ? Wanted, peut-être ? Gagné, le scénariste est à nouveau Mark Millar. Accompagné du dessinateur Steve McNiven, qui sera également son partenaire sur Nemesis (sorti ce mois-ci chez Panini), il livre comme à son habitude un récit fort et grinçant, à la violence exacerbée. L’auteur de Superman Red Son et de Kick-Ass sait utiliser les mythes pour produire des chocs.

Wolverine s’occupant de quelques cochons dans une ferme, on croirait voir le Clint Eastwood d’Impitoyable. Mais de la même manière, s’il apparaît bien mollasson dans la première partie, allant jusqu’à tendre l’autre joue lors d’une rouste administrée par les enfants de Hulk, on se doute bien que sa nature va petit à petit le rattraper, avec l’aide de l’incorrigible Œil de Faucon. Entre deux contemplations morbides de cadavres super-héroïques exhibés en plein désert, quelques oasis d’espoir montrent leur nez : des fans investis d’une foi inébranlable en leurs héros, des petits jeunes prêts à monter une résistance contre les empires du Caïd et de ses semblables, etc. La violence revient dans les veines de Logan plus vite qu’il ne l’aurait cru, et le lecteur est quitte pour quelques actes de sauvagerie assez extrêmes pour l’univers Marvel (à part peut-être dans Marvel Zombies !). La décapitation semble notamment très facile : un coup brutal dans la tête, et elle peut s’envoler !

Alternant soigneusement la mélancolie, le dégoût, la tristesse et la violence, Old Man Logan est une lecture prenante, pleine de clins d’œil aux fans de la Maison des Idées. Pas forcément très subtil, mais qu’importe…

Wolverine #66 (août 2008)
Wolverine #67 (septembre 2008)
Wolverine #68 (octobre 2008)
Wolverine #69 (janvier 2009)
Wolverine #70 (février 2009)
Wolverine #71 (mai 2009)
Wolverine #72 (juin 2009)
Old Man Logan Giant-Size (novembre 2009)

A découvrir
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6