9.5/10Legenderry

/ Critique - écrit par Maixent, le 13/12/2017
Notre verdict : 9.5/10 - Legend... Wait for it... Dary (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Quand nos grands héros de fiction se retrouvent dans un univers steampunk mouvementé.

Difficile de ne pas penser à la Ligue des Gentlemen extraordinaires lorsque l’on a Legenderry en main.  Mais si la première idée est que l’on se retrouve face à un une énième adaptation de cette série, elle est très vite démentie par la virtuosité  du trait et un scénario riche et prenant. 


King of the Universe

 

Le scénario est lié à un nom, Bill Willingham. Référence absolue en la matière, il fait partie de cette catégorie de scénaristes tels Robert Kirkman, Warren Ellis ou Joss Whedon. Cette génération d’auteurs qui ont compris et assimilés les codes de narration avec une virtuosité sans pareil et font mouche quasiment à chaque fois en télescopant les univers et déstructurant les récits en leur apportant juste ce qu’il faut  de profondeur, d’émotion et d’action.  Créateur de l’excellente série Fables pour laquelle il a reçu pas moins de sept Eisner Award, son talent n’est plus à prouver, ce qu’il  démontre avec Legenderry, basé sur une idée proche de Fables. Des personnages connus par le grand public employés dans un autre registre tout en conservant leur essence.

On a tous vus des crossover d'univers différents : un combat entre Wolverine et Wonder Woman, ou encore Deadpool qui massacre les classiques et s'en prend au capitaine Achab. Cependant, la force de Legenderry c'est d'avoir réuni une galerie de personnages flamboyants qui conservent une cohérence au sein d'un univers autre. Difficile d'en faire une liste exhaustive mais il est surprenant de réunir au sein de la même équipe Steeve Austin, le Fantôme du Bengal, Zorro, Captain America, Flash ou encore le Frelon vert affrontant l'empereur Ming ou le Docteur Moreau.  Et pourtant cela fonctionne parfaitement malgré une galerie de personnages riches et complexes. 

Le fil du récit est tenu par Magna Spadarossa. Jeune fille de bonne famille, elle débarque en trombe
Vampirella

 

dans le cabaret de Vampirella, provoquant un véritable carnage. On apprend ensuite qu'elle est à la recherche de sa soeur, Sonja. Après cette arrivée remarquée, elle trouve une galerie d'adjuvants qui tour à tour vont l'aider dans sa quête qui la mènera de Big City à Landing, ville de la science et des merveilles, en passant par la jungle. Ce périple se déroule de façon classique en plusieurs étapes clés qui sont autant de rencontres pour Magna et l'occasion de gonfler sa bande à la manière de Batman recrutant pour la Justice League. Un schéma classique donc, mais terriblement efficace puisqu'il permet de mieux appréhender les personnages principaux et de faire découvrir des nouveaux lieux tout en faisant avancer l'intrigue. On voyagera donc en zeppelin avant que celui-ci ne soit assailli par les monstres du Dr Moreau pour ensuite suivre une idylle naissante au coeur de la jungle puis d'arriver à landing et de découvrir l'histoire de Flash Gordon, fondateur alien de la nation. Toute l'histoire est cadrée, dirigée dans une seul but, l'affrontement final entre le Bien et le Mal, ce qui n'empêche pas les digressions comme la découverte de la véritable identité de Magna Spadarossa et le développement psychologique de chaque personnage, s'engageant tous dans une cause commune pour des raisons différentes. La narration est brillante, à la fois complexe et fluide, entraînant le lecteur dans un monde d'aventures sans fin. 


Zorro

 

Quant au dessin, il est tout simplement magnifique. Adoptant le plus pur style steampunk, chaque costume est savamment étudié comme le montre la galerie de personnages en pied en fin d'album. Les couleurs sont chatoyantes. Les mouvements fluides. Bref, on en prend plein les yeux et c'est un véritable plaisir. De la case à la page, tout est maîtrisé. Les codes de la bande dessinée sont utilisés à la perfection et peuvent être remaniés pour donner encore plus d'émotions au lecteur. 

Legenderry est une réussite à tous les niveaux et ce premier tome inaugure une série d'une qualité rare. On se demande juste comment les auteurs ont réussi le tour de force de caler dans un même livre des héros connus de tous, des dinosaures, des monstres, des clones, des extra-terrestres, de la romance, de l'action, de la psychologie et du steampunk, tout en gardant autant de cohérence et d'attrait, mais gardons une part de mystère et contentons nous d'en apprécier la magie. 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse