ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

9/10Blanche Neige - tome 3 - La fille à la chevelure magique

/ Critique - écrit par Maixent, le 04/12/2016
Notre verdict : 9/10 - L 'Amour triomphe toujours (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Conclusion de la trilogie

Dernier tome de cette trilogie riche en rebondissements, La fille à la chevelure magique apporte un dénouement digne des contes de fée mais en mieux. Car s'ils vécurent heureux, c'est sans enfants, ce qui permet à nos héros de bien s'amuser entre leurs draps... Mais revenons plutôt où nous avions laissé l'histoire à la fin du deuxième tome.


Raiponce sauvée par Simplet

 

Capturées par le Prince pas du tout charmant, Blanche Neige et sa belle-mère sont contraintes de se plier à ses jeux pervers, ce qui ne dérange pas trop cette dernière sur le moment, mais les deux femmes ont un intérêt commun, libérer Raiponce et s'échappent donc pour tenter de retrouver la pauvrette, maintenue en captivité en un autre lieu par les hommes de main du Prince.  Blanche Neige ne croyant pas trop en cette alliance éphémère, envoi ses servantes à la recherche des nains qui formeront une équipe de sauvetage tandis qu'elle tente d'assassiner sa cruelle marâtre. Mais le combat est inégal entre une princesse capricieuse et une femme rompue à l'art de la fourberie et de la violence. Blanche Neige est donc vaincue et endormie en baisant contre son gré le sein empoisonné de la reine (voir tome un). Après encore d'autres péripéties toute cette petite troupe se retrouve devant la maison des nains et une bataille épique s'en suit. Dans la boue. Parce que la boue c'est mieux. Pendant le combat, Simplet retrouve la mémoire, Raiponce ayant usé de sa magie sur lui un peu avant. Oh révélation, il n'est autre que le Prince Philippe. L'autre n'était qu'Olivier, son écuyer, cruel et assoiffé de pouvoir, mais semblable physiquement en tout point à son maître. Au final, tout est bien qui finit bien. Blanche Neige, qui ne peut être sauvée que par un baiser d'amour pur est réveillée par Raiponce, qui est bien mieux placée que Philippe pour accomplir cette tâche. Les servantes de Blanche Neige restent avec les nains dont elles seront les princesses et eux, en échangent pourront assouvir leur besoin fétichistes et de soumission. Les méchants sont punis pour leur crime et nos trois héros Philippe/simplet, Raiponce et Blanche Neige vivent donc, comme il était évoqué précédemment, heureux, en trouple.
Un homme de goût

 

La psychologie des personnages est un élément important du récit, notamment au niveau de l'humour. Alors que Raiponce est une nymphomane en puissance, demandant à ses geôliers de la violer discrètement alors que le syndrome de Stockholm est difficilement invocable au bout de seulement peu de jours, Blanche Neige reste cette bêcheuse que l'on avait vu précédemment, répétant inlassablement à chaque scène de sexe que c'est la chose la plus humiliante qu'on lui ait fait subir, jusqu'au moment libérateur où elle est dans le coma. Tout cela est renforcé par un comique de situation, lorsque les nains s'enfuient en portant les cheveux de Raiponce par exemple ou lors du combat dans la boue. Entre l'absurde et le vaudeville, le tout rehaussé par des dialogues souvent ambigus et très bien sentis et un rythme dans l'action bien mené, le lecteur n'a absolument pas le temps de s'ennuyer.


un choix difficile pour un faux prince

 

L'érotisme est lui aussi parfaitement distillé. Il n'y a en tout et pour tout qu'une seule scène de pénétration et pourtant il parcourt tout l'album et maintien en haleine du début à la fin. La représentation de la nudité, les dialogues, mais aussi les situations, permettent de mettre en avant un érotisme intellectualisé et subtil sans doute beaucoup plus intéressant qu'une approche frontale et confère au récit toute sa puissance.

 La qualité est toujours au rendez-vous dans ce troisième tome, et la trilogie fonctionne parfaitement du début à la fin.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse