Le Lombard : Les mille et autres nuits T1, Niklos Koda t13

/ Critique - écrit par plienard, le 20/03/2015

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux albums magiques à lire au Lombard.

Les mille et autres nuits, tome 1 – note 6.5/10

On connaît tous plus ou moins les contes des milles et nuits. Ali Baba, Shéhérazade, Aladin sont les personnages les plus célèbres et qui font partie désormais du patrimoine culturel mondial.

Stephen Desberg et Henri Reculé ne font pas encore partie de ce patrimoine (peut-être qu’un jour ?), mais du patrimoine la bande dessinée, ils y ont apporté leur griffe et leur coup de crayon.

Cassio, Empire USA et le tout récent Le dernier livre de la jungle où les deux auteurs ont déjà montré leur plaisir à travailler ensemble et leur qualité à reprendre des best-sellers. Ils nous proposent ici leur suite des mille et une nuits avec les personnages de Shéhérazade, Ali Baba ou encore le prince Ahmed.


©Le Lombard édition 2015.

On commence d’ailleurs par un nouveau conte sur un collier magique transformant une femme quelconque en la plus belle femme du monde. Ce collier a bien sur une légende et a disparu. Le maître commerçant, Arkabas, réunit un groupe de cinq personnes – un magicien, une conteuse, un voleur légendaire, un prince, et un guide – pour le retrouver. Mais il n’est pas le seul à le rechercher et peut-il vraiment faire confiance à cette équipe ?

Si on retrouve le mystère exotique des contes des milles et une nuit, Stephen Desberg joue avec le destin de ses personnages emblématiques pas toujours à la hauteur de ce qu’ils ont laissé dans notre subconscient. On se laisse facilement envouter par la légende du collier et les histoires personnelles des personnages. On regrette cependant un scénario qui va un peu vite en besogne, à moins que ce ne soit l’album que ne soit trop court. Notre envie de rêver est mise à mal. Et si on retrouve la belle plastique des dessins de Reculé, on est parfois désappointé par des cadrages hors-normes. Quelques points de détails qui ne permettent pas de remporter totalement notre adhésion mais qui ne sont pas suffisants pour ne pas nous donner l’envie de suivre la suite.

 

Niklos Koda, tome 13 – note 7/10


©Le Lombard édition 2015.

On avait quitté Koda sur le rocher des écumes, mis à l’épreuve par le magicien prénommé l’océan qui voulait vérifier ses choix de celui qui saura affronter le spiborg. Car Niklos n’est pas le seul à avoir été sélectionné. Son ennemi, Hali Mirvic est aussi de la partie et un troisième larron vient se mêler à la foire : No Song. Qui des trois va récupérer le VIème livre, pouvoir affronter le spiborg et devenir le plus grand magicien ?

Avant avant dernier album de la série – eh oui, le 15ème album mettra un point final à cette belle aventure – ce n’est surement pas ce tome qui vous donnera toutes les réponses. Par contre, tout devient un peu plus clair, car le triptyque des albums 11, 12 et  13 forme un cycle dont il était difficile de cerner les contours avant ce troisième livre. Il faut dire que les auteurs reprenaient la série après 5 ans d’arrêt (tome 10 en 2008 et tome 11 en 2013) sous l’impulsion de leur éditeur.

Un retour dont on découvre toute la réelle saveur avec le troisième album de ce cycle, avec le retour d’anciens personnages (qui d’après ce que je sais ne fait que commencer !), l’arrivée de nouveaux personnages énigmatiques comme No Song et la révélation de la fille de Niklos, Séléni.

Après deux tomes compliqués on savoure ce moment où les auteurs relancent notre inétrêt pour la dernière ligne droite qui s’annonce magique !

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse