Le Lombard : Lonesome T1, Duke T2

/ Critique - écrit par plienard, le 07/05/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Deux bons westerns au Lombard.

Lonesome - Tome 1 : La piste du prêcheur - note : 8,5/10

C'était il y a déjà quatre mois et on ne pouvait pas passer à côté d'un tel retour : celui d'Yves Swolfs dans le genre western après son mythique Durango.


© Le Lombard 2018.

 Lonesome est un cow-boy à la poursuite d'un pasteur, qui sème la mort plutôt que la bonne parole, et son but est bel et bien d'arrêter cet ange de la mort. Mais les disciples du prêcheur n'ont pas l'intention de lui faciliter la tâche. Quant au pasteur lui-même, ces actions n'ont qu'un seul but : déclencher un conflit fratricide entre ségrégationnistes et abolitionnistes.

Ce nouveau western est un modèle du genre. Un cow-boy mystérieux, adroit aux revolvers, rapide comme l'éclair, avec un petit pouvoir indien supplémentaire qui met du sel au personnage. Le méchant et ses sbires sont de vrais salauds, comme on les aime, c’est-à-dire avec aucune circonstance atténuante. On n'aura donc aucun mal à accepter qu'ils prennent une ou plusieurs balles. Du grand Swolfs comme on l'aime.

 

Duke - Tome 2 : Celui qui tue - note : 8,5/10

Est-ce que les récents auteurs qui se sont essayés au genre western avec réussite (Undertaker, Stern), ont réveillé quelques "vieilles" gâchettes du neuvième art ? (J'espère que les auteurs me pardonneront cet adjectif). Il semble bien que oui, vu l'arrivée toujours plus importante de nouveaux albums.


© Le Lombard 2018.

 Ainsi, en ce début d'année 2018, Yves Swolfs revient avec un tout nouveau cow-boy, Lonesome. François Boucq ressuscite son Bouncer, et Hermann revient avec la suite de son Duke aux éditions du Lombard.

Une dangereuse bande de gangsters écume la région et vole avec violence les diligences qui se trouvent sur leur passage. Les morts s'accumulent. Cependant, une fillette réussit à échapper au dernier carnage. Le marshall Sharp est prié de monter un posse - un groupe de personnes enrôlés  pour le maintien de la paix -  et retrouver ces tueurs professionnels. Mais vu la somme proposée, les volontaires ne vont pas se bousculer au portillon. La seule chance est de convaincre Duke de revenir sur sa décision de ne plus traquer et tuer des hommes.

Hermann et son fils Yves H nous offrent un bon vieux western à l'ancienne avec, il faut bien le dire, un scénario plutôt alléchant, tant on est étonné de la tournure des événements, le dessin de Hermann faisant le reste.

Aucune joie, aucun répit n'est possible. L'homme qui a tué est-il condamné à rester un tueur ? Il semble que la réponse soit positive chez les Hermann ?

 


Les couvertures des 2 albums - © Le Lombard 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse