Dargaud : Batman, Undertaker T4, Katanga T2

/ Critique - écrit par plienard, le 23/12/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Des récits virils chez Dargaud.

Batman - Tome 1/2 : The dark prince charming - note : 8,5/10

Qui ne connaît pas Batman, l'homme chauve-souris ? Sans avoir une grande connaissance en comics, le héros - à l'image d'un Spiderman ou d'un Superman - a bénéficié d'un éclairage particulièrement intense, notamment par l'industrie cinématographique. Ce qui permet de dire, sans trop se tromper, qu'à peu près tout le monde est au fait des caractéristiques de ce personnage.


© Dargaud 2017.

 Enrico Marini est sans doute moins connu que le héros de comics, mais il n'est pas non plus un inconnu, surtout pour ceux qui s'intéresse à la bande dessinée. Des séries comme Le Scorpion, Rapaces, L'étoile de désert, Les aigles de Rome ont installé le dessinateur-auteur parmi les plus talentueux de sa génération. Et à mieux regarder ses albums, sans doute le plus à même à reprendre l'univers sombre et sexy du héros américain.

Dans cet album, on retrouve donc la sexy Catwoman - et quand on connaît la beauté des femmes dessinées par Enrico Marini, on peut d'ors et déjà s'en réjouir - et surtout l'alter-ego négatif de Batman, le Joker.

Bruce Wayne donne toujours l'image d'un homme hautain, désinvolte et volage. Et quand une femme junkie se présente chez lui pour lui réclamer de l'argent pour cacher le scandale de l'existence de sa supposée fille, il n'hésite pas à la renvoyer. Une fille pour faire chanter l'homme le plus riche de Gotham, quelle aubaine pour le joker !

Marini utilise les classiques du personnage mais offre un dessin d'une grande qualité et des personnages à la psychologie complexe. Si on s'en doutait un peu pour le Joker qui est sans doute la première réussite de cet album, celle de Bruce Wayne apporte quelques surprises intéressantes. Une belle première pour laquelle on attend déjà la suite.

 

Undertaker - Tome 4 : L'ombre d'Hyppocrate - note : 8,5/10

Jonas Crow est à la poursuite de Jéronimus Quint, un ancien chirurgien qu'il a connu à l'armée et qui lui avait soigné sa jambe malade à l'époque. Et s'il est sur ses trousses, ce n'est pas pour converser du bon vieux temps comme d'ancien compagnons de régiment. Le chirurgien est un véritable monstre, capable de vous briser le bras pour vous le soigner par la suite. Rose est d'ailleurs une de ses victimes. Et c'est pour cette raison qu'elle suit le chirurgien, espérant qu'il lui soigne rapidement l'avant-bras avant que la gangrène ne se propage.


© Dargaud 2017.

 Jéronimus Quint est un véritable pervers. S'il est capable d'être le plus sympathique des hommes, c'est qu'il a une raison bien précise, mais pas forcément avouable. Il travaille pour le bienfait de sa science, la chirurgie, et a un objectif : être le médecin à réussir la première greffe.

Xavier Dorison joue avec la vie de ses personnages et les sentiments de ses lecteurs. Au fil des pages, le charisme de Jéronimus opère (sans jeu de mot) et ferait presque passer Jonas Crow pour le méchant de service. Car, au final, qui tue le plus ? Un bouleversement de valeurs superbement amené par le scénariste et son acolyte, Ralph Meyer. Une ambiance crépusculaire où la tension monte à chaque fois un peu plus. Quelle va être l'embûche que Jéronimus va encore poser à Jonas ? Jusqu'à un final haletant et stressant.

Honnêtement, Undertaker est bien la BD western du moment. Et comme les couleurs participent aussi à l'atmosphère de l'album, il faut également souligner le travail excellent de Caroline Delabie.

 

Katanga - Tome 2 : Diplomatie - note : 8/10

Le duo d'auteur d'Il était une fois en France, Fabien Nury et Sylvain Vallée, revient pour un triptyque en pleine Afrique noire post-coloniale, avec mercenaires, politiques corrompus et hommes d'affaires cyniques.
On est presque dans un film à l'ancienne, version années 60, où chacun joue sa partition, à la recherche de 30 millions en diamants.


© Dargaud 2017.

 Félix Cantor, un mercenaire, a retrouvé Charlie, un ancien domestique noir et l'oblige à l'emmener jusqu'à la cachette des diamants qu'il a cachés. Mais il faut se rendre en plein territoire Balubas. De son côté, le tonton flingueur corse, Orsini, prépare les négociations pour la vente des diamants avec les autorités politiques.

Ce qu'il y a d'incroyable dans ce récit, ce sont tous ces personnages tous plus faux les uns que les autres, faisant croire à une certaine solidarité pour certains mais prêts à vendre père et mère pour 30 millions. Le plan sans accroc va forcément partir en vrille pour notre plus grand bonheur.


Les couvertures des 3 albums - © Dargaud 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse