Grand Angle : La fille de l'exposition universelle T3, Le canonnier de la Tour Eiffel

/ Critique - écrit par plienard, le 03/04/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Un Jack Manini très inspiré !

Le canonnier de la Tour Eiffel - note : 8/10

C'est un superbe chassé-croisé amoureux qui se déroule dans cet album à l'ambiance positive.

Tous les midis, un coup de canon est tiré du deuxième étage de la Tour Eiffel. Il permet à tout le monde de remettre sa montre à l'heure. C'est un repère temporel devenu nécessaire. Sur le champs de Mars, un théâtre de Guignol fait la joie des enfants. La marionnette Colombine est une création du jeune Camille, un jeune homme débrouillard qui a sculpté la femme de ses rêves. Il en est certain, la femme de sa vie aura cette jolie frimousse.


© Grand Angle 2021.

 

Valentine vend le lait de son ânesse Pépita avec beaucoup de succès. Ses clients attendent avc impatience et à heure fixe  leur livraison. Elle tient beaucoup à son animal, alors quand un jeune homme tente de lui couper un bout du crin de sa queue pour refaire la chevelure d'une marionnette, elle est loin d'apprécier. Mais pour Camille, Valentine s'est la révélation, elle est la fille qu'il a toujours su qu'il rencontrerait.

Rendez-vous est donné le lendemain, à midi, au son du canon !

Jack Manini et Hervé Richez sont les auteurs de cette histoire où deux amoureux de cherchent sans jamais se trouver. L'intrigue est fait de quiproquo, d'entourloupes, mais le tout dans une ambiance de bonheur simple et inéluctable. une histoire rafraîchissante par le scénariste de La fille de l'exposition universelle, La Pin-up du B24.

Le dessin de David Ratte donne toute la justesse au récit. Le dessinateur de Ma fille, mon enfant, et Majipoor, donne à cette histoire son côté décalé. Il en ressort un je-ne-sais-quoi d'Amélie Poulain au début du XXième siècle.

 

La fille de l'exposition universelle - Tome 3 : Paris 1878 - note : 7,5/10

Julie Petit-Clou est la fille de l'exposition universelle. Après 1855, 1867, c'est celle de 1878 qui va être le théâtre de ses nouvelles aventures.

Ayant un vrai pouvoir de divination, elle est ainsi capable de prédire l'avenir des gens qu'elle touche. Et elle sait que le phrénologue Vaudremer va périr d'un coup de hache du tueur en série Pierre Paul Léon François, un assassin dont elle a rêvé l'évasion. Si elle ne peut empêcher la mort du savant, elle se sait aussi en danger. Saura-t-elle échapper au tueur en série alors qu'elle ne connait que la couleur de ses cheveux, roux !


© Grand Angle 2021.

 

Jack Manini et Étienne Willem sont les auteurs de cette série sympathique. L'univers de l'exposition universelle est gage d'une atmosphère originale et offre un terrain propice à l'intrigue avec ses évolutions technologiques (la machine à glaçons, les bougies électriques, le four solaire), ou scientifiques plus ou moins valables comme la phrénologie, avec l'étude des bosses du crâne permettant de diagnostiquer le caractère d'un individu. L'exposition de 1878 permettra aussi de voir si la liberté a bien une cervelle. Mais pour comprendre, il vous faudra lire ce troisième tome.

 


Les couvertures des 2 albums - © Grand Angle 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse