Grand Angle : Les mentors T1, Camp Poutine T1, La Pin-up du B24 T1, Phare Ouest

/ Critique - écrit par plienard, le 17/05/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Dans ces quatre albums, vous devriez en trouver au moins un qui vous convienne si ce n'est tous.

Phare Ouest - note : 8,5/10

Phare Ouest, c'est une histoire de marin exilé au pays basque et qui va revenir (un peu à contre cœur) sur ses terres en suivant le road trip initiatique d'une jeunesse en quête de vérité et d'authenticité.


© Grand Angle 2019.

 François est la caricature du breton. Renfrogné, peu loquace, un petit penchant pour la bouteille, et quand il prend la parole, cela ne fait pas toujours plaisir à tout le monde. Et le jour du baptême de son petit-fils, il va aussi vouloir faire un discours. Après tout, les grands-parents basques ont eu le leur, alors pourquoi pas lui ! Mais après quelques coupes de champagne, les vérités fusent: son fils devenu banquier et parti dans le Béarn ; sa femme partie avec un normand (le comble pour un breton) ; et ses racines qui font de son petit-fils, né au pied des Pyrénées, est surtout et avant tout un breton.

Quinze ans plus tard, quand le fameux petit-fils décide de faire comme le grand-père : le tour de la Bretagne en vélomoteur. François ne l'empêchera pas, au contraire. Il ira même avec. Mais pas forcément pour découvrir la vérité d'un passé raconté. Car François a des choses à cacher.

Le récit, avec son titre sous forme de joli jeu de mots, est une belle histoire de famille avec ses secrets et ses non-dits qui pourrissent les relations. L'auteur, Philippe Charlot (Bourbon street, Le train des orphelins, Gran café Tortoni), a puisé dans son vécu et son passé pour nous offrir cette histoire de road-trip entre un petit-fils à la recherche d'aventures, véracité et de sens et son grand-père, stéréotype du vieux breton, qui a un peu édulcoré le passé.

Un récit tendre et émouvant que Stéphane Heurteau met en dessin avec finesse et élégance.

 

Les mentors - Tome 1 : Ana - note : 7/10

Zidrou et Francis Porcel reviennent  avec un nouveau album, Les Mentors, après Les Folies Bergères, Bouffon et Chevalier Brayard. Après les éditions Dargaud, ce sont les éditions Grand Angle qui accueillent le duo.


© Grand Angle 2019.

 Une nouvelle collaboration pour un thriller palpitant et glaçant, qui se déroule en Espagne (la patrie d'adoption du belge Zidrou).

Une jeune femme, prénommé Ana, est en salle de travail lorsqu'un commando entre en force, élimine le personnel médical, enlève le bébé pas encore né et le remplace par  … une bombe à retardement ! Ana y survivra miraculeusement. Et 20 ans plus tard, elle reste à la recherche de son bébé et rencontre Joyce, une prostituée irlandaise qui tente d'échapper à ses proxénètes. Un duo inattendu, entre une vierge et une prostituée, qui vont chacune se soutenir.

Zidrou nous propose une histoire avec pas mal de questions en suspens. Comment Ana a pu être enceinte sans avoir connu d'homme ? Quel est ce groupe voleur d'enfant ? Quel est le lien avec d'autres femmes dans le même cas ? À cette intrigue principale vient se greffer celle de Joyce

Francis Porcel montre une réelle capacité à adapter son dessin au style de récit qui lui est proposé. Ici, il nous plonge dans un polar malsain mais réellement captivant . Le lecteur restera sans réponse au terme de ce premier tome, mais il manquera pas d'avoir envie de connaitre la suite.

 

Camp Poutine - Tome 1 - note : 8,5/10

C'est un récit qui pourrait paraître totalement abscons voir irréel si on ne connaît pas le réel envoutement que la personnalité de Vladimir Poutine exerce sur son peuple. Une réalité qui rappelle de très mauvais souvenirs. Le président russe compte quatre mandats présidentiels avec une dernière réélection avec plus de 76% des suffrages. Pour certaines femmes (russes!) il est même un idéal masculin. Il est d'une popularité qui ferait des envieux dans notre pays. Il est même comparé à un super-héros par certains rappeurs russes et on chante à sa gloire.


© Grand Angle 2019.

 Si on intègre cette Poutine-mania, on peut facilement rentrer dans le nouveau récit d'Aurélien Ducoudray (A coucher dehors, Bob Morane-Renaissance, …) qui revient une nouvelle fois en Europe de l'Est. Après Maïdan love (sur la révolution ukrainienne de février 2014), il retrouve la dessinatrice Anlor, avec qui il avait déjà signé amère Russie. Si on reste dans la même zone géographique , le sujet est quelque peu différent puisqu'il s'agit ici de suivre des enfants qui partent dans un camp, non pas en colonie de vacances, mais d'entraînement, genre stage commando. Le gagnant aura l'immense honneur de passer quelques instants avec le président, Vladimir Poutine, qui a une résidence près du camp. Katyusha revient pour la seconde fois. Gagnante l'année dernière, elle n'avait pas pu rencontrer le dirigeant russe et compte bien remporter les épreuves une fois encore cette année. Mais le fils de l'instructeur, Anton, qui se souvient encore de sa défaite de l'année dernière, compte se venger.

On se laisse facilement prendre par le déroulement de cette drôle de colonie de vacances. L'embrigadement des jeunesses russes rappellent évidemment de mauvais souvenirs. Et si on a du mal à y croire, il faut bien se rendre compte que c'est une réalité. Aurélien Ducoudray part de cette réalité, et cela va partir en sucette avec l'antécédent qui oppose Katyusha à Anton. Le développement des personnalités des différents personnages et les événements politiques récents - l'annexion de la Crimée par la Russie - rendent possible la folie qui va prendre le groupe.

Le dessin d'Anlor est tout simplement impeccable. Extrêmement fouillé avec une lente montée de la tension, le panel des personnages est suffisamment exhaustif pour ne pas s'y perdre.

 

La Pin-up du B24 - Tome 1 : Ali.Ca.can- note : 7 /10

Les histoires d'aviateur et de pin-up ont le vent en poupe dans la bande dessinée actuelle. Si les éditions Paquet s'en sont fait une spécialité, d'autres éditeurs se lancent aussi dans l'aventure. Ici les éditions Grand Angle, avec un scénario de Jack Manini et des dessins de Michel Chevereau.


© Grand Angle 2019.

 Ali.Ca.Can est le nom de la pin-up dessinée sur le nez du B24 de Glenn, Fred et Johnny. Trois copains formant l'équipe du bombardier et qui vont rencontrer leur future femme lors d'une escale à Palerme : Alice, Candy et Lana. La pin-up va leur porter chance au point d'en provoquer la jalousie des autres équipages. Jusqu'à ce jour fatidique.

Le duo d'auteur du diptyque Le poids des nuages signe une nouvelle collaboration avec ce premier album plaisant dans lequel la pin-up a une part entière dans l'intrigue. C'est une sorte d'ange gardien, un côté surnaturel qui donne au récit un part un peu mystique, véhiculé aussi par le personnage de Fred et ses origines indiennes.

L'album est complété d'un dossier sur le B24, l'avion américain le plus prouit au monde et  d'un dossier sur le nose art, cet art qui eut son apogée durant la seconde guerre mondiale et qui avait pour objet de décoré le fuselage des avions de manière plus ou moins belliqueuse. Les plus importants nose art étant bien sûr de belles pin-up.

 


Les couvertures des 4 albums - © Grand Angle 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse