Futuropolis : Grasskings T3, Une vie T4

/ Critique - écrit par plienard, le 10/07/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Fin de Grasskings, quand Winston Smith est arrivé à la moitié de sa vie.

Grasskings - Tome 3 - note : 8/10

Suite et fin du polar de Matt Kindt, Tyler et Hilary Jenkins édité aux éditions Futuropolis.


© Futuropolis 2019.

 

Un polar noir aux couleurs (Hilary Jenkins) et aux dessins épatants (Tyler Jenkins) sur une communauté de Grasskings qu'on peut qualifier de marginale et vivant en autarcie. Mais leur jolie communauté est mise à mal. La présence d'un tueur en série a semé le doute et l'arrivée du FBI pour arrêter Archie est une provocation pour les habitants. Bruce et Robert continuent leur enquête chacun de leur côté, alors de Humbert Jr, le shérif  de Cargill, la ville voisine, a aussi repris l'enquête de son père.

C'est une ambiance tendue et guerrière que découvre le lecteur qui est tenu par un scénario qui nous emmène sur de fausses pistes. La conclusion est à l'image de l'intrigue et de la communauté : cruelle, avec une certaine philosophie et un sens de la justice personnel.

 

Une vie - Tome 4 : 1937, spanish circus - note : 7/10

Dans ce quatrième tome, Winston Smith est à la recherche d'un travail. Il galère et finit par trouver une place de plongeur dans un restaurant. Il décide de retrouver Mérédith, une jeune femme qu'il a rencontré sur le bateau qui l'a ramené de Chine. Un bon mariage avec une fille de bonne famille et c'est la tranquillité assurée ! Une fois de plus, il va montrer la perfidie dont il est capable.


© Futuropolis 2019.

 

Guillaume Martinez (Motherfucker chez Futuropolis, La Grande évasion chez Delcourt) et Christian Perrissin (Cap Horn aux Humanoïdes associés) continuent la biographie de cet écrivain anglais au parcours singulier. Si par certains côtés - et notamment dans les premiers tomes - le personnage apparaît lâche et hypocrite, poussé par sa condition sociale et la peur d'être pauvre, il prend peu à peu une autre vision aux yeux du lecteur. Après son retour de la guerre d'Espagne, l'homme va changer d'orientation. Une évolution qui donne un intérêt nouveau à ce récit et dont les dessins de Christian Perrissin ont une élégance toute britannique.

 


Les couvertures des 2 albums - © Futuropolis 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse