8/10Le Gang Mazda - intégrale

/ Critique - écrit par plienard, le 15/04/2015
Notre verdict : 8/10 - ça roule à donf !

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

L'intégrale sympathique du gang Mazda qui reprend les trois albums au éditions Dupuis : Le gang Mazda fait de la bédé (1988), Le gang Mazda mène la danse (1989) et Le gang Mazda pouponne (1992).

Le gang Mazda, qu’est-ce que c’est ? Ce n’est pas une bande de cambrioleur qui sévirait en Mazda, ou un remake belge de Fast & Furious. Non c’est bel et bien une bande dessinée qui a amusé les lecteurs du journal de Spirou de 1987 à 1996, racontant les déboires de trois dessinateurs réunis dans un atelier.

Trois dessinateurs qui ne sont autres que Christian Darasse, Bernard Hislaire et Marc Michetz. Car le gang Mazda c’est avant tout eux, qui racontent leur quotidien dans l’atelier qu’ils ont constitué au-dessus d’un garage ... Mazda.


©Dupuis édition 2015.

Le dessinateur de Tamara (Christian Darasse), celui de Kogaratsu (Marc Michetz) et l’auteur de la très sérieuse et poétique série Sambre (Yslaire, pseudo de Bernard Hislaire) ont donc étaient les héros, l’espace de quelques années d’une série de bande dessinée signée par le duo d'auteurs formé par Christian et Bernard. On va ainsi découvrir une période où Christian va « partager » ses problèmes de fric avec ses deux collègues. Un poil dilettante, charmeur et toujours sans le sou, ses trois qualités vont être un atout indéniable pour rendre comique sur le papier leur quotidien. Pour Marc Michetz, c’est son côté soupe-au-lait et sa passion pour le Japon qui va permettre de rendre quelques situations amusantes. Quand à Bernard Hislaire, bien que ce ne soit pas le courage et l’envie qui lui manquent, il est souvent à la bourre pour rendre ses pages.

Trois personnages de BD et de la BD qui nous racontent leur début de dessinateurs. Cela a un côté témoignage à l’époque. Pourtant, presque 30 ans plus tard, la série n’a rien de désuète. Les situations restent drôlissimes et gardent leur effet comique. Car ce n’est pas une époque dont il est question mais bel et bien de tranches de vie qui restent immuables.

Il est vrai que les témoignages souvenirs de Christian et Bernard, dans le dossier de l’intégrale qui regroupent les trois albums de la série, apportent une saveur supplémentaire et particulière aux gags. Une bonhommie et une réelle camaraderie s’en dégagent. à découvrir pour les jeunes générations, à revoir pour les autres.


©Dupuis édition 2015.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse