7/10Donjon : Antipodes- & Parade

/ Critique - écrit par plienard, le 13/04/2021
Notre verdict : 7/10 - Donjon & dragon

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un donjon en cache toujours un autre ...

Et c'est deux nouveaux albums de la série-chorale Donjon auxquels on s'intéresse avec le sixième tome de Donjon Parade et le second de la toute nouvelle série Donjon Antipodes -.

Dans Donjon Parade, l'équipe de Donjon propose une formule famille tel un parc d'attraction en  accueillant les enfants pendant que les parents tentent leur chance de leur côté. Une sorte de garderie educative en quelque sorte. Sauf que Marvin n'a rien d'une nounou et qu'Herbert, malgré que cela soit son idée, n'a pas envisagé tous les risques (mortels) possibles.


© Delcourt 2021.

 

L'auteur des Enfants du capitaine Grant (trois tomes chez Delcourt), Alexis Nesme, est aux dessins de cet épisode amusant et décalé. Mais peut-on être vraiment plus décalé que Donjon ? Et bien, il semble que oui. Le trait d'Alexis Nesme dans l'univers de Donjon donne une bouffée d'oxygène à la série qui s'offre un côté Mickey parade rigolo. Bien évidemment, on reste dans un univers particulier, et les enfants qui sont accueillis ne sont pas tous des premiers de la classe et encore moins des enfants de choeur.

Péripéties et non sens sont bien présents pour le plaisir des fans.

 

Suite des aventures de l'armée du Crâne dans ce deuxième tome de Donjon Antipodes -. On revient aux origine de Terra Amara qui doit nous permettre de mieux comprendre la genèse de Donjon.

Bon, on n'en est pas encore là. Pour l'instant on suit deux chiens devenus les ennemis public numéro un. Et alors que la doctrine pour l'égalité des espèces gagne du terrain, les elfes tentent de les retrouver et d'empêcher un gourou de donner de la poudre magique qui donne le langage et la station debout aux créatures les plus puissantes : les dragons.


© Delcourt 2021.

 

Ça part dans tous les sens. Ça n'a ni queue, ni tête. Mais on est dans Donjon et c'est ce qu'on apprécie. Avec trois bouts de ficelles de scénario, Johann Sfar et Lewis Trondheim créent un univers incroyable avc des personnages pleutres, sans charisme. Pensez donc : deux chiens sans intelligence et qui deviennent les héros d'une histoire où une société (celles des elfes) empêchent l'égalité aux autres. Ces deux cabots ne sont même pas responsables de leurs actes, et n'ont pas la moindre idée des impacts de leurs actions. Des anti-héros par excellence.

 


Les couvertures des 2 albums - © Delcourt 2021.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse