La Boite à Bulles : L’année de la chèvre, L’année du dragon, Madame T2

/ Critique - écrit par plienard, le 05/12/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Les éditions La Boite à Bulles proposent deux albums de Vanyda et François Duprat. Une réédition de l’année du Dragon et un nouveau récit, l’année de la chèvre. Et en supplément, le deuxième tome du Chat de Nancy Peña

L’année du dragon – note : 7.5/10

Paru initialement aux éditions Carabas entre 2003 et 2006, L’année du dragon est ici réédité par la Boite à Bulles à l’occasion de la sortie du nouveau roman graphique de Vanyda et François Duprat, L’année de la chèvre (à découvrir ci-après). Sobrement sous-titré Franck, du nom du personnage principal, on le suit dans ses errances, perdu dans ses sentiments, entre son amour pour Kim l’asiatique, Bernadette qui le trouve si drôle, son frère et ses copains beaufs et le cancer de son père.


©Boite à Bulles édition 2016.

C’est l’histoire d’un jeune homme qui se cherche, qui va découvrir qu’il est du signe du dragon dans l’astrologie chinoise et que c’est son année. Un détail sans importance pour n’importe qui, sauf pour lui qui a le béguin pour Kim et qui est asiatique. Malheureusement, elle a déjà un ami et surtout il ne lui a jamais déclaré ses sentiments. Il espère, il guette le moindre signe qui pourrait lui faire croire que ... D’un autre côté il y a Bernadette, la jolie blonde du centre aéré dans lequel il vient de se faire embaucher et qui lui montre un intérêt plus qu’évident. Mais il est décidément maladroit dès qu’il s’agit de sentiment et la maladie de son père et son conflit incessant avec son frère déjà installé – une femme et bientôt un gosse – ne sont pas là pour l’aider à être serein.

Dieu qu’il est énervant ce personnage ! Comment Bernadette a-t-elle pu lui trouver un quelconque intérêt ? À souffler le chaud et froid, cela fait longtemps qu’elle aurait du passer à autre chose. Elle va pourtant faire preuve de beaucoup de patience et de compréhension.

C’est le talent des histoires de Vanyda et François Duprat, nous donner des émotions. On vit avec leurs personnages. On les comprend, ils nous énervent, nous enchantent (j’ai un petit faible pour Bernadette, l’héroïne de L’année de la chèvre). Mais au-delà de ça, le lecteur arrive à s'identifier en se retrouvant dans une situation, voire peut-être un personnage.

 

 

L’année de la chèvre – note : 8/10

On avait laissé Bernadette triste et désabusée du comportement de Franck. On la retrouve quelques années plus tard, 15 ans pour être exact, mariée, deux enfants, prise dans un quotidien qui l’étouffe elle et son couple. Elle décide donc de se reprendre en main, et en tout premier lieu, de refaire du sport. Mais ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est que le prof de gym lui fasse un peu de rentre-dedans. Va-t-elle se laisser tenter ?


©Boite à Bulles édition 2016.

Après les jeunes adultes, place aux trentenaires et leurs questionnements existentiels. Si le sujet a déjà été traité maintes fois dans de nombreux média (cinéma, télé, BD, romans), on peut honorablement dire que Vanyda et François Duprat en parlent de manière originale et avec une certaine justesse. On y retrouve les problèmes de couples, la question d’un troisième enfant, la réalisation de ses rêves de jeunesse et de ses ambitions – ici le mari de Bernadette voulait faire le tour du monde et ambitionne d’évoluer dans son métier en devenant free-lance –, l’adolescence des enfants ou la vieillesse des parents. Mais il faut quelque fois savoir prendre des décisions, quitte à bousculer sa petite vie tranquille, mettre en péril son quotidien. mais on a toujours une bonne excuse à ne pas faire.

On retrouve ici quelques sujets déjà entrevus dans « l’année du dragon » comme celui du deuil, de la difficile communication entre parents et enfants (à toutes les générations) et aussi celui des secrets qui vous pourrissent la vie.

Mais il y a toujours une solution dans ces beaux livres, c’est celui de la communication et de l’échange. Les histoires sont prégnantes et il en ressort un optimisme qui fait du bien.

 

Madame – Tome 2 : Un temps de chien – note : 6.5/10

Les chats et la bande dessinée, c’est une grande histoire d’amour. Chat policier, chat gaffeur, chat philosophe voire chat érotique, chat fine lame ou botté, l’animal est largement utilisé dans ce média pour vivre des aventures humaines. On le fait parler ou sert de porte-voix à l’âme humaine.


©Boite à Bulles édition 2016.

Nancy Peña n’en est pas à son coup d’essai et signe un nouveau tome, un an après le premier. Son chat est un mélange de Miss Annie pour son côté adorable, et du Chat de Philippe  Geluck pour sa répartie à toute épreuve.

Un album plaisant, au style épuré où la priorité est donnée à l’animal et ses réflexions. Ses maîtres, Nancy Peña et son compagnon, servent de décor et subissent les réflexions et les maladresses toutes félines de Madame.


Les couvertures des 3 albums - ©Boite à Bulles édition 2016.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse