7.5/10Klaw - Tome 3 - Unions

/ Critique - écrit par plienard, le 20/10/2013
Notre verdict : 7.5/10 - Cycle clos (Klaw) (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Le dernier album du premier cycle dévoile enfin pourquoi il est Klaw !

Le dernier album de Klaw, au Lombard, vient de paraître au mois d’Août. Et c’est seulement maintenant qu’on en parle ? seriez-vous tenté de dire. C’est vrai. Vous avez raison de râler. D’autant que cet album, qui clôt le premier cycle (un second serait donc prévu) est de bonne facture.


DR.

Ange Tomassini avait dû fuir il y a 6 ans. Il revient maintenant, plus fort que jamais. Il a intégré un nouveau totem, celui d’Horacio Enico, qui l’avait recueilli lors de sa fuite. Il sait maintenant gérer ses émotions et son pouvoir de dhizi et se prend pour un super-héros, protégeant la veuve et l’orphelin contre la mafia de son père. Un père qu’il veut retrouver à tout prix, mais qui se cache depuis les événements six ans plus tôt.

La série prend un tournant inattendu et cela n’est pas pour nous déplaire. Il y a bien sûr ce passage obligé d’expliquer pourquoi Ange Tomassini veut devenir un super-héros. Passage qui fleure le déjà-vu dans d’autres séries de comics comme Batman ou Spiderman. Mais on acquiesce sans broncher, souriant de cet air de famille en pensant qu’enfin, quelqu’un marche sur les plates-bandes des héros américains avec talent.

Au-delà de ce parallèle, l’intrigue est prenante et le héros se remet en question de façon bénéfique, tant pour lui que pour nous. Il s’interroge sur ses motivations, ses objectifs et l’utilité de ceux-ci. C’est sans doute l’album le plus intéressant des trois.

Côté dessin, Joël Jurion qui n’a pas apprécié ma critique du tome 2 (voir la note ci-dessous) signe un album tout en énergie. Il y a pourtant moins d’affrontements que dans les précédents albums, notamment le deuxième. Il réussit à rester mesuré et à ne pas faire dans le comics américain, lui apportant une « French Touch » plaisante. Il apporte toute la crédibilité à l’intrigue et participe à sa qualité globale.

 
DR.

Note : à la lecture de la critique du tome 2, le dessinateur s’est ému de l’avis négatif que j’ai pu apporter sur son travail. Il est bien compréhensif qu’une mauvaise critique ne fait pas plaisir quand on a l’impression d’avoir bien fait son travail. La réaction sur le facebook de l’auteur est là pour le prouver. Je me suis donc remis en question et fait le tour des popotes sur le net. Les avis positifs sont légions, notamment sur le dessin et je suis bien le seul (peut-être) à avoir été vindicatif. Je ne me dénis pourtant pas et j’ai envie de dire au dessinateur de ne pas trop tenir compte d’une critique négative au milieu de toutes les autres très bonnes. J’espère cependant que ma critique du tome 3 lui fera plus plaisir, j’ai cherché à être aussi honnête que pour les autres.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse