ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

7.5/10Hôtel "Con-d'Or" - Tome 2

/ Critique - écrit par Maixent, le 24/04/2016
Notre verdict : 7.5/10 - Hôtel Amour (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une bande desssinée réaliste et sombre avec une intrigue policière et beaucoup de violence

Des années après le premier volume, Ling et Bastien se retrouvent. Les amants de l’hôtel Con-d’Or sont toujours attirés mais les choses ont changées. Bastien est maintenant marié avec une femme vanille sans intérêt, tandis que Ling est devenue la soumise du directeur de l’hôtel.
Private joke

 

Avec un dessin rappelant celui de Jaap de Boer pour Nathalie la petite hôtesse, couplé avec un trait plus daté plus proche des années Pilote, Jack-Henry Boer offre cependant une violence rare que l’on avait déjà pu décourir dans Madame même si  la série Hôtel Con-d’Or est plus accessible. On garde quand même des notions d’inceste car c’est important…


Communion avec la nature

 

Bastien et Ling se retrouvent donc et s’envoient en l’air dès la cinquième planche, retrouvant leurs bonnes habitudes sadomasochistes. Mais ce n’est pas du goût du Maître qui se défoule sur un sosie de Ling. Autant en avoir deux pour le prix d’une et visuellement cela a plus d’impact. Evidemment le sosie prendra la place de Ling pour profiter de son bien-aimé,et au passage volé l’argent de sa femme et de son beau-père, présents également à l’hôtel. S’en suivent des rebondissements et quiproquos assez bien vus dans une sorte de vaudeville à huis-clos bien rendu façon Feydeau avec un peu plus de trash. Ici pas de « Ciel mon mari » mais « Ciel,  mon beau-père baise ma femme avec un god dans le cul ».

Au final, l’intrigue est assez bien menée même si moins prenante que dans Madame. Le tout allié à une qualité graphique tout a fait honorable, fait  de l’hôtel Con-d’Or un ouvrage agréable. L’auteur surprend par la violence de son propos et des scènes choisies et si parfois on tourne à la bouffonnerie, comme le fait que les héros couchent à un moment avec des arbres ( ???) sous le regard concupiscent de deux randonneurs, l’intrigue reste cohérente et prenante.

La qualité du travail de Jack-Henry Hopper est encore une fois démontrée pour un auteur à retenir. Juste un bémol pour la couverture, impossible de trouver un lien avec le contenu de l'album... 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse