8/10Le feu de Thésée

/ Critique - écrit par plienard, le 10/05/2019
Notre verdict : 8/10 - Thésée au féminin, ça prend combien de e ?

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

La vengeance d'une femme.

Jerry Frissen est un auteur des Humanoïdes associés et fait preuve d'un éclectisme assez étonnant dans sa bibliographie. Après des récits sur les catcheurs mexicains (Luchadores), il est à l'initiative de la suite de Méta-Baron. Et le voilà maintenant, à récrire la mythologie grecque, avec Thésée et le minotaure et une vision assez originale, mais dans l'air du temps. Entendez par cela, avec une héroïne plutôt qu'un héros.


© Les Humanoïdes associés 2019.

 Et si le mythe de Thésée était une fable machiste colportée par des aèdes pour un auditoire masculin ? Et qu'en réalité, derrière Thésée se cache le combat d'une fille qui veut se venger de son père, roi d'Athènes, qui l'a reniée et qui a cherché à la faire disparaître avec sa mère. Un homme qu'elle a aimé tendrement, et qu'elle va haïr au plus profond d'elle-même. Une haine qui va la porter pour supporter l'ensemble des horreurs et des épreuves qu'elle va subir : la prostitution, la gladiature jusqu'au banditisme.

Une vision intéressante, qui a l'avantage de dépoussiérer le mythe, et à laquelle Francesco Trifogli donne un trait réaliste. Thésée apparaît comme une sorte de Spartacus au féminin, mais dont l'objectif est bien l'assouvissement de sa vengeance. Elle est aussi une femme dans une époque d'homme et qui veut reprendre la place qu'on lui a enlevée.

 


Le couverture de l'album - © Les Humanoïdes associés 2019.

 

 

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse