7.5/10Elles ne vont pas se fumer toutes seules

/ Critique - écrit par gyzmo, le 09/04/2008
Notre verdict : 7.5/10 - Fume ou crève (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Je sais, ce n'est pas raisonnable... Mais pour la route, pourquoi ne pas s'en griller une dernière, hein ?

 

De nos jours, la plupart des gens (sur)informés semblent s’accorder sur ce fait : fumer apaise les esprits… du moins, les aide à trouver la paix entre quatre planches, six pieds sous terre. Pourtant, quelques décennies à reculons, la clope au bec n’avait aucun lien de parenté avec l’idée d’une mort assurée. Dans l’imaginaire collectif, ce symbole d’envergure pouvait se retrouver sans complexe au coin de l’oreille du rebelle charismatique, entre les lèvres de la femme fatale, au fond des poches du héros solitaire, écrasé sous le pied du vilain de service, se consumant au bord du cendrier de l’ancêtre érudit. Encensé de toute part, cet accessoire se la jouait alors passe-temps, coupe-faim, anti-stress, porte-bonheur, melting-pot, remue-méninges, serre-joint (…). Une espèce d’extension utile pour colmater deux trois fissures personnelles, se lier d’amitié avec l’inconnu(e), ressentir du plaisir… ou simuler une contenance. Mais ce qui n’a pas toujours été évident est que ces “bienfaits” de la cigarette allaient de pair avec des dommages collatéraux. Nauséabond, contagieux, addictif, cancérigène : tels sont également quatre des nombreux autres visages que peut dissimuler ce crève-cœur décidément très pesant.
A peu de choses près, Elles ne vont pas se fumer toutes seules vous tiendra ce même langage. Sauf que son auteur - l’illustratrice de presse et fumeuse new-yorkaise Emily Flake - aborde le brûlant sujet de société avec un meilleur esprit d'à propos, en permanence appuyé par une autodérision réjouissante et une simplicité graphique efficace (faite de noir et de rouge). Structuré en plusieurs chapitres, ce petit livre de poche s’inscrit dans une chronologie particulière. Après avoir introduit un excellent best of de la cigarette sous les feux de la rampe, Flake expose au grand jour son propre prélude à la nicotine, croquant ensuite divers moments mémorables de sa relation sado-masochiste avec la demoiselle. Des moments choisis, drôles et piquants, sous forme d’un sketch par page pouvant s’embraser indépendamment du reste de ce journal autobiographique. Quelques clichés plombent un peu le récit, sont ensuite allégés par une folie douce, pour finir peu à peu dans les filets d’une fantaisie inattendue. L’art du détournement et de la dédramatisation de Flake font le reste d’un itinéraire très rapide à lire. Croyez-moi (ou pas) : vos zygomatiques auront de quoi faire un peu d’exercice !

Alors que la liberté d’en griller une dans les lieux publics est partie en fumée, avec l’envolée croissante du prix du tabac sur le point de consumer les plus petites bourses, suivant l’inefficacité des diagnostics alarmants pris à la légère, des publicités censées être dissuasives, ou de toutes ces alternatives médicamenteuses pas toujours adaptées, (…profonde respiration…) la dernière chance de l’accro se trouve peut-être dans Elles ne vont pas se fumer toutes seules. Une prescription de taille à repérer, cela dit : pas de solution miracle à rouler dans ses feuilles. Même si sa timide volonté chatouille sa conscience de temps à autre, Emily Flake est à des kilomètres d’une aire de désintoxication. Par contre, pour tous ceux qui en ont marre de passer pour de freluquets parias (aux yeux de certains anti-fumeurs), cette “lettre d’amour de rupture d’amour de rupture à une très mauvaise habitude” est un pamphlet universel fait d’observations lucides, parfois décalées. Sans tomber dans la complainte plus ou moins justificative, Elles ne vont pas se fumer toutes seules est également une invitation intelligente à la compréhension : celle d’une souffrance consciente de la difficulté de refouler un poison devenu paradoxalement vital à l’organisme (et à son quotidien), mais autodestructeur à la longue. Et à coup sûr, les non-fumeurs - peut-être pas les plus intégristes, mais qui sait ? - ne pourront résister à cet appel énergique et pertinent.

A découvrir
Sambre
Sambre
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
Ligue des Gentlemen Extraordinaires (La) - 1999-2000 - Volume I
V pour Vendetta
V pour Vendetta