Soleil : Wunderwaffen T12, Médicis T4, Elfes T20

/ Critique - écrit par plienard, le 25/12/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Des extra-terrestres, des nazis, des elfes, des dragons, des despotes, des mécènes sous le prisme de Soleil.

Wunderwaffen - Tome 12 : Les pièges du temps - note : 7/10

Si il y a une chose dont on est sûr après douze albums de Wunderwaffen, c'est qu'on ne sait pas du tout où les auteurs, Richard D Nolane et Maza, veulent nous emmener.


© Soleil 2017.

 Tantôt historique, tantôt uchronique, entre science-fiction et réalité, les auteurs mélangent les genres avec ce qu'on pourrait appeler une certaine maestria.

Bon, pour le lecteur, c'est loin d'être simple car le récit avance et n'apporte pas beaucoup de réponses. Les auteurs tirent peut-être un peu trop sur la corde mais il est vrai qu'on apprécie d'être sans cesse relancer dans l'intrigue. Et dans ce douzième tome, il va être question de voyage dans le temps et plus exactement dans le passé.

Le visiteur envoie sa machine Thor dans le passé, mais l'opération ne se fait pas sans complication. Seul, Murnau et Heinrich Himler se rendent compte qu'il y a eu des modifications dans la trame du temps. L'extra-terreste manipule les nazis, mais dans quel but ? La question reste posée. Pendant ce temps, les Américains préparent la riposte.

 


Médicis - Tome 4 : Côme 1er, des miettes au festin - note : 6,5/10

La famille florentine des Médicis a régné sur Florence et a propulsé la cité au rang des plus puissantes d'Italie entre 1389 et 1609. Durant plus de deux siècles, cette famille a oeuvré pour que son nom reste dans l'histoire. La série d'Olivier Péru offre un tableau de famille pas toujours reluisant mais conséquent et précis.


© Soleil 2017.

 La famille s'est agrandie depuis les premiers albums et nombreux sont ceux qui aspirent à être Le Médicis qui règne sur Florence. On démarre d'ailleurs avec Alexandre, un être méprisant et tyrannique, qui va être rapidement assassiné par son cousin Lorenzo, obligé de s'enfuir après son méfait. Et c'est un autre cousin, Côme, personnage sans envergure, pauvre et discret que les familles importantes de Florence vont élire pour pouvoir mieux le manipuler. Mais ce Côme - du même prénom que son aïeul, premier Médicis à contrôler Florence (voir tome 1) - n'est pas celui qu'il paraît être. Il possède un livre rassemblant les traités écrits de la main de Machiavel et dont il s'inspire largement.

Ce nouveau personnage est assez impressionnant et arrive à  duper tout le monde. Très réfléchi, il met en pratique les préceptes de Machiavel. Ses méthodes restent cependant un peu toujours les mêmes : de l'intimidation, du chantage et des meurtres. Ça en fait une drôle de famille au final.

 

Elfes - Tome 20 : Noir d'écailles - note : 7/10

Peut-on échapper à sa condition ? Tel est le constat qu'on pourrait faire à la lecture de ce vingtième tome de la série Elfes chez Soleil.


© Soleil 2017.

 On retrouve Gaw'yn, l'elfe noir, qui tente  d'échapper aux assassins lancés à ses trousses. Par amour pour Dyfeline, il a réussi à la sauver de son état de goule (voir tome 15) et lui a promis de ne plus voler ni tuer. Il renie ainsi l'enseignement qu'il a reçu à la citadelle de Slurce. Mais le chapitre des onze, conseil des plus grands maîtres des elfes noirs, ne l'entend pas de cette oreille (pointue !). Dans leur fuite, Gaw'yn et Dyfeline arrivent à Arkrähyng, la ville des dragons. Gawyn doit absolument trouver des fleurs de Thnen pour empêcher son envie de tuer (comme tout bon elfe noir qui se respecte) ne le reprenne. Mais c'est une plante rare et ils doivent attendre la prochaine livraison de l'herboriste. Un contre-temps qui va les obliger à devoir travailler et compromettre leur sécurité.

C'est Marc Hadrien sui s'occupe de la famille des elfes noirs et c'est Dimat qui nous impressionne par ses dessins parfaits, alliant l'esthétisme aux détails.

Gaw'yn est tiraillé entre son amour pour Dyfeline et sa condition d'elfe noir. Et si l'amour est plus fort que tout, gare à celui qui le tuera.


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse