Soleil : Ghost war T2, Conquêtes T3, Androïdes T6

/ Critique - écrit par plienard, le 08/07/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Ghost war- Tome 2 : Faucon blanc - note : 6,5/10

Deuxième tome d'un récit de science-fiction par Jean-Pécau et Stefano Martino, Ghost war voit une résistance s'organiser contre l'attaque d'étranges méchas. Kane et Iida se réfugient dans une base désaffectée où Iida y retrouve son grand-père et sa petite sœur. Ensemble, ils décident de redémarrer la base et de s'organiser pour résister contre les méchas. Kane veut modifier le sien afin de l'armer. Quant à Iida, elle part à la recherche de son frère parti en éclaireur trouver du secours. D'ailleurs, pourquoi aucun secours n'arrive ?


© Soleil 2019.

 

Le scénariste de L'Histoire secrète et le dessinateur d'Orcs et Gobelins T5 continuent ce triptyque annoncé avec le talent qu'on leur connaît. De nombreuses zones obscures restent encore, ce qui excitent la curiosité du lecteur. Pour autant, la facilité avec laquelle Kane et Iida se déplacent, ou que les enfants attaquent des convois laissent un peu perplexe sur cette opération d'invasion. Est-ce une attaque extra-terrestre, une opération humaine …  ?  Il reste un dernier tome pour en connaître la réponse. 

 

Conquêtes - Tome 3 : Decornum - note : 8/10

Pour ceux qui ne connaissent pas Nicolas Jarry - le co-scénariste de ce troisième tome de la série Conquêtes - il suffira de dire qu'il est le co-créateur des séries Nains, Elfes et Orcs et Gobelins, pour comprendre qu'on a affaire à du lourd !

Il montre une fois de plus sa faculté à raconter de bonnes histoires, et à y mettre des ingrédients traditionnels mais dans un arrangement original.


© Soleil 2019.

 

Conquêtes, c'est cinq tomes, pour cinq conquêtes par cinq colonies humaines. Les Allemands dans le tome 1, les Méditerranéens dans le tome 2, on découvre, ici, la colonie japonaise pour la conquête de la planète Decornum, "8ème planète du système de Védus, deux fois la taille de la Terre pour une population de moins d'un milliard d'individus". Sauf que parmi ceux-ci se trouve "les Dominants" dont le bellicisme empêche les hommes de s'installer tranquillement. Leur pouvoir est de posséder une puissance de feu exceptionnelle et naturelle qu'ils tirent de leur physionomie et de leur planète. 

 

Androïdes - Tome 6 : Les déserteurs - note : 6,5/10

Dans ce nouveau cycle, le sixième (deuxième du second cycle) tome d'Androïdes, c'est Christophe Bec et Erion Campanella Ardisha donnent leur version du robot intelligent du futur. Ils imaginent une guerre spatiale entre les hommes et les Mantas, une espèce extraterrestre aux capacités dangereuses pour l'homme. Elle est capable d'annihiler la volonté des hommes, ce qui peut être critique lors des combats. La parade qui a été trouvée est d'envoyer des armées d'androïdes.


© Soleil 2019.

 

Le récit offre un point de vue intéressant sur l'intelligence artificielle et notamment l'autonomie qu'elle peut acquérir par elle-même. En créant des robots de dernière génération, les "wanders", capable de s'affranchir à 100% de décision humaine, une espèce de conscience ne peut-elle pas apparaître ? C'est ainsi que deux wanders décident de déserter.

Un récit plaisant dont il est parfois difficile de comprendre la logique informatique de la pensée robotisée. Le contexte d'affrontement contre les Mantas venant compliquer la situation. Le dessin d'exception d'Ardisha tente d'apporter un peu d'éclaircissement dans tout cela. Au final, le conflit avec les Mantas et la désertion des wanders sont traités avec trop d'égalité pour comprendre le but final de ce récit.

 


Les couvertures des 3 albums - © Soleil 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse