Soleil : Androïdes T4, Une génération française T2, lageste des chevaliers Dragons T24, Au pied de la falaise

/ Critique - écrit par plienard, le 20/07/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - laisser un commentaire

Une série futuriste qui se termine, une série de fantasy qui frise le best-seller, une série qui débute et un one-shot transmédia intéressant. Quatre albums pour tous les goûts.

Une génération française - Tome 2 : Populations trahies - note : 7/10

Deuxième tome de la série de Thierry Gloris aux éditions Soleil (sur six tomes prévus), on poursuit la présentation de la France juste au début de la seconde guerre mondiale.
Après l'étudiant Martin Favre, place au lieutenant Tanguy Brettin d'Arçonnet. Un patriote, militaire de carrière, qui ne croit pas la débandade possible. Il a totalement confiance en sa hiérarchie et est aveugle à l'état réel de l'armée française. Il va cependant découvrir que l'armée allemande est beaucoup plus moderne et que l'état-major français n'est pas à la hauteur de la situation.


© Soleil 2017.

 


Ce nouvel album est assez cinglant sur l'état militaire de la France en 1939 et donne un bon aperçu de l'ambiance générale. Si on se souvient avoir rencontré le lieutenant dans le premier tome, on retrouve ici Martin Favre (le héros du premier tome). Le personnage du troisième restant pour l'instant inconnu, même si on sait déjà qu'il s'agira d'une jeune femme.
Trois personnes pour trois diptyques avec Manuel Garcia comme dessinateur de celui-ci et qui a récemment signé les dessins de La Terre des vampires (une autre histoire d'invasion !) chez les humanoïdes associés.
Si vous aimez les histoires de la seconde guerre mondiale, la résistance et la collaboration,  cete série devrait trouver grâce à vos yeux.

 

 

Androïdes - Tome 4 : Les larmes de Kielko - note : 8,5/10

Ce nouveau tome d'Androïdes sonne la fin de la série. Est-ce une fin définitive ? Difficile de le dire. Ce qu'on peut en revanche affirmer, c'est la qualité des récits qui a été proposée à chacun des quatre tomes. Quatre one-shot avec comme fil conducteur un androïde en personnage principal et un duo d'auteur (scénariste et dessinateur) différent à chaque fois.


© Soleil 2017.

 
Pour ce dernier album, c'est Jean-Charles Gaudin qui officie au scénario et Viska au dessin. Si le premier est un habitué des éditions Soleil depuis 1998 avec notamment des séries comme Marlysa, Les arcanes de Midi-Minuit, L'assassin royal, Garoud, le second est moins connu, mais il mérite de l'être. Pour sa première bande dessinée chez un éditeur français , l'italien Viska est dans l'idéologie "Soleil" avec des personnages féminins sexys, grosse poitrine et taille de guêpe mais aussi et surtout un dessin réaliste précis et juste.

 


La geste des chevaliers Dragons - Tome 24 : Les nuits d'Haxinandrie - note : 7,5/10

Les chevaliers Dragons sont un ordre de chevaliers composé uniquement de femmes vierges, élevées dès leur plus jeune âge pour se battre contre les dragons. De par leur virginité, elles sont en effet insensibles au veill de l'animal, une influence dégénaratrice, et donc les seules à pouvoir venir à bout de ces monstres.


DR.

 
Dans ce vingt-quatrième album, l'ordre a subit de graves secousses (voir tome 17 & 18). Nous sommes 100 ans après la scission des deux empires. On retrouve le voleur Tarek et son amie et garde du corps, Orka, ancienne chevalier Dragon. Celle-ci va se faire assassiner sous ses yeux alors qu'elle tentait de le protéger. Tarek va alors venger sa mort. Mais le coupable est un homme puissant et riche et lui n'est qu'un simple voleur. Et ce n'est pas Sybile, le chevalier Dragon qu'il a acheté au marché aux esclaves qui va arranger son rang social. Mais elle va lui permettre de se venger.
Fort de la qualité des intrigues précédentes, Ange continuent de traiter les sujets de complots et d'opposition de rang social plutôt que d'influence du Veill et des combats contre des dragons (déjà bien traité dans les premiers albums). Ici il est question de vengeance et de justice sociale, bien que celui qui se fasse justice soit lui-même un voleur. Un paradoxe qui montre que l'argent ne permet pas tout, et surtout le meurtre. On appréciera aussi la manière dont Tarek et Sybile imaginent leur vengeance. On pouvait s'attendre à quelquechose de plus brutal. Ils préfèreront la malice.
Stéphane Collignon est le dessinateur de ce vingt-quatrième tome après sa série les Démons d'Armoise (trois tomes).

 

 

Au pied de la falaise - note : 8,5/10

Au pied de la falaise est une bande dessinée de By Möko, mais pas seulement. L'auteur a voulu en faire un projet plus large, transmédia, où la bande dessinée, la réalité virtuelle, la musique, la danse, la vidéo font partie d'un tout. Un projet ambitieux, qui, si la BD peut se suffire à elle-même, vient enrichir un peu plus l'univers. Et si vous voulez franchir le pas, je vous invite à aller sur www.aupieddelafalaise.com. Vous vous apercevrez alors que la démarche de By Möko prend alors tout son sens.


© Soleil 2017.

 
Au pied de la falaise ressemble à une série de petites histoire africaines pleine de philosophie teintées d'humour. Puis, vite on comprend qu'on suit Akou, le fils du chef du village dans son apprentissage de la vie. De la mort du grand-père à la naissance de sa fille, de l'apprentissage à devenir un homme à la fable sur la vérité, on découvre une société hiérarchisée, faite de respect et d'entraide mais aussi, parfois, d'un peu de malice et de jalousie comme lorsque le plus ancien du village demande à un jeune de lui rapporter un peu d'eau dans une cruche.
Cet album est superbement dessiné et offre un côté sympathique de l'Afrique qu'on ne voit plus beaucoup en ce moment dans les médias. On pourrait le rapprocher des aventures de Kirikou avec une volonté de s'adresser à un public moins enfantin.


Les couvertures des 4 albums - © Soleil 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse