8/10Un putain de salopard

/ Critique - écrit par plienard, le 27/04/2019
Notre verdict : 8/10 - une putain de BD ! (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Un nouveau Loisel, mais aussi un nouveau Pont !

Un album de Régis Loisel est toujours un événement dans le monde de la bande dessinée. Et ce premier tome d'une nouvelle série aux éditions Rue de Sèvres ne dérogera pas à la règle. L'auteur de La quête de l'oiseau du temps, de Peter Pan, de Magasin général, Le Grand Mort, s'associe cette fois à Olivier Pont (Là où le regard ne porte pas, Bouts d'ficelles) pour nous emmener au Brésil, dans les années 70. On va y suivre Max, à la recherche de son père qu'il n'a jamais connu. Sa mère vient de décéder en lui laissant un petit pécule et deux photos. On y voit sur chacune sa mère, Max enfant et un homme différent. Lequel des deux est son père ? C'est ce qu'il espère découvrir en se rendant à Kalimboanto. Il y rencontre Christelle et Charlotte, venues rejoindre leur amie Corinne et prendre en main un dispensaire en pleine jungle.


© Rue de Sèvres 2019.

 Premier tome d'installation et déjà on est dans le vif du sujet. De l'aventure, de l'humour, du suspens, les ingrédients d'une bonne BD sont bien présents avec un dessinateur au trait fluide et ondulant. Les personnages sont sympathiques et vont se retrouver dans la m…. On s'imagine d'entrée que le "putain de salopard" va être le père de Max qui aurait abandonné femme et enfant. Mais on sent que ça va être plus compliqué que cela. Et que des salopards, il y en a quelques-uns dans cette partie du monde.

 


La couverture de l'album - © Rue de Sèvres 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse