Dargaud : Charlotte impératrice, Bouts d'ficelles

/ Critique - écrit par plienard, le 24/08/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

La vie d'une princesse qui n'a rien du conte de fée et une aventure tumultueuse proche du conte musical.

Charlotte impératrice - Tome 1 : La princesse et l'archiduc - note : 8/10

Fabien Nury revient avec un nouveau personnage au destin incroyable. Après Staline (La mort de Staline, T1&2), le tsar Nicolas II (Mort au tsar, T1&2), Joseph Joanovici (Il était une fois en France), Atar Gull, c'est une nouvelle tête couronnée qui a ses faveurs et à la lecture de cette histoire, on le comprend.


© Dargaud 2018.

 Charlotte est une jeune (16 ans) et belle princesse de Belgique. Fille du roi Léopold Ier, elle est en âge de se marier. Et on se bouscule au portillon puisque le prince du Portugal et l'archiduc d'Autriche sont ses prétendants. Et c'est le second qui va séduire la princesse qui tombe sous le charme de cet homme aux 27 principes. Mais le conte de fée va vite se transformer en enfer aristocratique.

Ce récit commence comme une véritable histoire de princesse, comme celle qui font rêver les jeunes filles. Sauf que le rêve va vite se transformer en cauchemar, que l'archiduc ne sera pas le prince charmant attendu. Fabien Nury a l'art de trouver des personnages au destin particulier voire tragique et a le talent pour les raconter.

Mathieu Bonhomme (L'Homme qui tua Lucky Luke) est le dessinateur de cette histoire belge qui est loin d'être drôle. Il dépeint parfaitement le cynisme de la cour et la lente descente en enfer de la princesse. Heureusement sa famille va réagir et lui donner l'occasion de sortir de l'enfance et de son simple statut de femme.

 

Bouts d'ficelles - note : 8/10

Thibault va passer ce qu'on appelle une nuit de "m…e", mais qui va changer sa vie. Il y a d'abord cette fille qu'il bouscule dans le métro et qui renverse ses sacs de litière pour chats. Honnête et gentil comme il est, il l'aide à ramasser et à porter ses sacs "qui pèsent une tonne" jusqu'à chez cette grand-mère et ses trois petits chats. Sauf que la grand-mère décède, que la jeune fille s'est barrée juste avant pour rejoindre son mec et que la police a du mal à gober son histoire à dormir debout. Et s'il savait que cela ne fait que commencer …


© Dargaud 2018.

 Olivier Pont est l'auteur de cet album au rythme infernal et qui va de péripéties en péripéties. On est loin du héros de bande dessinée traditionnel, beau et intelligent, et cette aventure n'a rien de commun. Thibault est empoté et empâté. Plutôt timide et maladroit, on peut dire qu'il est transparent et n'a rien pour lui. Pourtant, il va vivre une expérience qui va sensiblement changer sa vie et sa façon de la voir.

Olivier Pont a eu une vie avant cet album. Il est notamment l'auteur du diptyque à succès Là où le regard ne porte pas. Et il revient avec cette histoire originale et pour laquelle il s'est laissé porté par son imagination, sans trame définie. Le résultat est assez bluffant, et tel un chat, il retombe sur ses pattes avec une fin originale et surprenante.

 


Les couvertures des 2 albums - © Dargaud 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse