Futuropolis : Martin Eden, La vraie vie

/ Critique - écrit par plienard, le 02/02/2016

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

L'adaptation d'un roman de Jack London et le récit d'une vie par deux spécialistes.

Martin Eden – note : 6/10

Martine Eden est un roman de Jack London. C’est maintenant une bande dessinée chez Futuropolis adaptée par Denis Lapière et dessinée par Aude Samama.


© Futuropolis 2016.

Roman le plus autobiographique de l’auteur, c’est l’histoire de Martin Eden, marin de son état qui va tomber amoureux d’une fille de famille aisée, Ruth Morse, et va se découvrir une passion pour les mots et l’écriture. Mais son manque d’éducation l’empêche de réaliser son rêve. Il va alors se mettre à lire, à se cultiver par amour et avec l’aide de Ruth apprendre la grammaire. On ne pourra plus l’empêcher de réaliser son rêve. Martin veut devenir écrivain.

Roman sur la différence des classes sociales, sur les préjugés, le roman ici adapté manque cependant de certitude et d’assurance. L’option faite de la représentation dans un style d’expressionnisme allemand par Aude Samama, qui ne manque certainement pas de talent et d’une certaine beauté, rend les personnages un peu flou tant dans leur représentation que dans leur action. Or Martin Eden apparaît comme certain de son talent ou en tout cas de ce qu’il écrit. Il déborde d’énergie et de certitude même si les préjugés des gens tentent de le remettre à sa place. Il manque un peu de cette folie et de cette puissance qui emporte les lecteurs dans l’imagination.

 

La Vraie vie – note : 6/10

Qui mieux que Grégory Mardon et Thomas Cadène pour nous parler simplement de la vie que vivent les gens. Les auteurs de Leçon de choses pour le premier et de la bédénovela Les Autres gens pour le second ont cette connaissance et cette facilité à raconter la vie que cette bande dessinée ne pouvait être écrite par personne d’autres.


© Futuropolis 2016.

Jean, employé municipal, vit une vie tranquille entre son métier et les réseaux sociaux. Plutôt ouvert, et loin d’être asocial, il assume pleinement sa passion pour ses rapports virtuels de vie. Il dialogue ainsi chaque nuit avec des gens extravagants, joue à des jeux ultra-violents en ligne, se matte un porno... Cela ne l’empêche pour autant d’avoir des rapports normaux, contrairement à ce qu’on pourrait croire et il va ainsi rencontrer Carine dans le bar de la ville.

Thomas Cadène et Grégory Mardon montrent à travers cet album que les nouvelles technologies sont devenues un autre élément de la vie. Et que la vie sociale n’en est pas forcément bouleversée. Il faut dire que les personnages principaux sont loin d’être des gens renfermés et ils font preuve d’une certaine largesse d’esprit : Carine, bien que jalouse dans un premier temps de la vie connectée de Jean, va te comprendre que c’est juste un autre mode de vie relationnel.

Les auteurs abattent ainsi les préjugés que l’on peut avoir sur ces modes de communications même si on peut regretter la trop grande propension d’images porno. Et en cela, ce préjugé n’est pas abattu.

Une vision somme toute réaliste de la société et c’est bien là tout le talent de ces deux auteurs.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse