8.5/10Julie WOOD - intégrale 1

/ Critique - écrit par plienard, le 24/07/2015
Notre verdict : 8.5/10 - Jolie Julie

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Redécouvrons une très sympathique héroïne de BD.

Jean Graton n’est pas seulement le papa de Michel Vaillant et s’il est un grand fan de sport automobile, il a signé une autre série que tout le monde ne connaît pas forcément, et mettant en scène une jeune femme de 16 ans, Julie Wood. Une sorte de « petite sœur » américaine de Michel Vaillant, tant dans l’esprit que dans l’attitude, passionnée de moto-cross et dont le rêve est de gagner les 200 miles de Daytona.


Indy et Julie.

Une série un peu extra-terrestre si on considère que le monde des héros de bande dessinée est assez masculin. Il y a peu d’héroïne d’importance à cette époque – nous sommes entre 1976 et 1980 – à part Natacha ou plus lointain encore Barbarella. De plus l’univers dans lequel elle évolue est, lui, carrément macho. Mais le personnage de Julie Wood est dotée d’un fichu caractère et d’une sacrée volonté. Elle est extrêmement douée à moto et va le montrer à ses chers concurrents qui la raillent autant qu’ils la désirent. Au point, qu’elle va réussir à convaincre les plus macho d’entre eux.


Pas besoin de la nommer !.

Les éditions Dupuis nous proposent, ici, la première partie de l’intégralité de ses aventures parues entre 1976 et 1978 aux éditions Dargaud. Rien de bien étrange à cela car au gré des rachats de-ci de-là, il faut savoir que finalement Dupuis et Dargaud font partie du même groupe et je vous rappelle que Dupuis est maintenant l’éditeur de la nouvelle saison de la série Michel Vaillant mais toujours sous le label Graton.

Après un petit dossier – habituel dans les intégrales Dupuis – qui revient sur l’atmosphère de l’époque et dévoile quelques petits secrets ou anecdotes comme qui a servi de modèle pour Julie Wood, on a tout le loisir de découvrir les trois premiers tomes.

Dans le premier album, Une fille nommée Julie Wood, on découvre la famille Wood – deux frères, Phil et Frank l’ainé et Julie – recueillie par l’oncle Chris après le décès de leurs parents. Julie et Frank ont la même passion pour le sport mécanique. Et si Frank a jeté son dévolu sur l’automobile au point qu’il se fait surnommé Indy car il rêve de gagner les 500 miles d’Indianapolis, sa sœur n’est pas en reste. Sa passion va pour la moto avec un rêve pas moins ambitieux que celui de son frère : gagner les 200 miles de Daytona. Malgré la réticence de leur oncle qui voyait l’ainé des Wood lui succéder à la tête du garage, Indy va réussir à mettre un pied dans la compétition automobile en devenant le mécanicien du coureur Bobby Young. Mais ce dernier a quelques ennemis invisibles qui ne vont pas apprécier que les Wood s’en mêlent.

Dans le deuxième album, Défends-toi Julie, on va suivre les premiers débuts de Julie Wood dans la compétition moto. Sa venue ne passe pas inaperçue, évidemment. Une femme jolie comme elle s’attire raillerie mais aussi envie. Elle va faire le difficile apprentissage de la compétition car rien ne lui sera épargnée, bien au contraire.


la chevauchée fantastique.

Dans le troisième album, 500 fous au départ, Julie va devoir faire équipe avec Gary Lanson si elle veut pouvoir participer à la Baja-California, une course folle dans la péninsule de Basse-Californie au Mexique. Une situation qu’elle n’apprécie guère au vu des péripéties des albums précédents.

A la lecture de ces histoires, le parallèle à Michel Vaillant est inévitable. Tellement, que la belle héroïne finira par intégrer la série au bras de Steve Warson.Mais ça c'est une autre histoire, dans une autre série. Cependant, Julie Wood semble avoir un léger avantage sur son « double masculin ». Elle apprend  la compétition. Jean Graton n’hésite pas à malmener son héroïne, mais elle garde cette envie positive d’apprendre et de s’améliorer pour damer le pion à tous ces machos.

Femme de caractère, qui ne voit pas forcément combien elle est séduisante et provoque des réactions chez les hommes, Julie Wood n’a qu’une idée en tête, la course moto. Et son obstination et son talent vont forcer le respect et l’admiration de ses concurrents les plus farouches.

L’intégrale regroupe les trois premiers albums de la série sur les huit parus entre 1976 et 1980. On espère vivement retrouver la suite des aventures de cette femme de tête.


DR.

 
DR.

 
DR.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse