Dupuis : Jojo l'intégrale, Dent d'ours T5

/ Critique - écrit par plienard, le 07/06/2017

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Jojo, l'intégrale - 1983-1991 - note : 8,5/10

Jojo est un jeune personnage, né dans le Journal de Spirou en 1983, un petit bonhomme bien sympathique, casquette de gavroche vissée sur la tête. Il a une bonne bouille le petit gamin et fait de l'amitié sa religion principale. Gros Louis est son meilleur ami et c'est sa mamie qui l'élève. Une sacrée bonne femme, cette mamie, qui, quand elle se découvre une passion pour le ski à travers ses magazines féminins, n'hésite pas à organiser un voyage scolaire en emmenant toute la classe de Jojo aux sports d'hiver dans le Südtirol : ou comment joindre l'utile à l'agréable.


© Dupuis.

 Jojo c'est un peu l'ancêtre du petit Spirou et de Ducobu. Créé par André Geerts qui nous a quitté en 2010, les aventures de Jojo, c'est un peu de la vie de l'auteur belge dont il est question. Élevé par sa grand-mère après le décès de sa mère et avec un papa trop occupé, les histoires de Jojo respirent le vrai et le vécu. Mais à l'instar d'un Ducobu ou d'un petit Spirou, Jojo n'est pas omniprésent. Il n'est pas le seul héros de la série et on peut même dire qu'il laisse volontiers sa place aux autres. Ce qui donnera parmi les plus émouvantes des hsitoires, comme quand Gros Louis est obligé de partir à l'hôpital pour une opération des yeux, ou lorsqu'une nouvelle, prénommée Violaine va complétement retourner les ressentiments que l'ensemble de la classe a contre elle et provoquer un immense élan de solidarité.


© Dupuis.

 De par son style - qui n'est pas sans faire penser à celui de Franck Le Gall et son Théodore Poussin (ils sont la même génération et se sont connu à la fameuse école Saint-Luc) - l'atmosphère apparaît un brin nostalgique. Pourtant la qualité des histoires trouveront sans doute encore un échos à notre époque.

Une intégrale très attendue par les fans, sans nul doute et regroupe les quatre premiers albums - Le Temps des copains, La Fugue de Jojo, On opère Gros-Louis, Le mystère Violaine - de la série ainsi que quelques planches inédites en album.

 

 

Dent d'ours - Tome 5 : Eva - note : 8/10

Les derniers nazis tentent le tout pour le tout. Ils installent une balise près du Canada et qui doit guider un avion dans le but de bombarder New York. Mais l'opération ne réussit pas comme voulu et n pilote devra conduire l'avion. C'est Annan qui a été choisie. Mais celle-ci est soupçonnée de trahison par les SS en place.


© Dupuis 2017.

 

Dans ce cinquième tome, tout tourne autour du personnage d'Anna dont le patriotisme presqu'aveugle est mis à rude épreuve. Werner, devenu espion pour les américains, tente de la convaincre et de la ramener à la raison. Mais son endoctrinement date de l'enfance et c'est ce qu'on découvre au fil de flash back.
La série gagne en intensité et en tension. On sent la fin proche pour les SS, pour la guerre et pour la série (prévue avec un sixième tome). Et l'inquiétude pointe. On sent Anna totalement coincée entre son patriotisme et la doctrine nazie bien qu'elle soit en accord avec certains principe. Va-t-elle aller jusqu'au bout de sa mission ? Et compte-tenu de son talent d'aviatrice, on la sait capable de réussir.


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2017.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse