Dupuis : Contes saumâtres, Midi-minuit

/ Critique - écrit par plienard, le 20/07/2018

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Contes saumâtres - note : 8,5/10

Les éditions Dupuis et la collection Aire Libre nous proposent de redécouvrir les sales petits contes de Yann parus il y a vingt ans, dans la défunte collection Humour libre.


© Dupuis 2018.

 Yann y livre une adaptation tout à fait personnelle des contes célèbres appartenant à notre folklore. Pour chacun, il s'est entouré d'un dessinateur différent, allant de Juillard à Clarke, en passant par Hermann, Boucq, Dupuy et Berbérian, Zep et j'en passe. Treize auteurs pour quatorze fables mordantes, et très largement incorrectes.

Une princesse à la recherche du prince charmant et qui leur envoie des concombres ; Un soldat unioniste, truffé de balles en plomb qui va survivre à toutes sortes d'épreuves pour épouser une danseuse de saloon ; une sirène avec deux jambes qui cherche l'âme sœur ; un vilain petit canard qui ressemble à s'y méprendre à un phoque tout vert !

Toute une série de contes qui ont encore toute leur force (à l'image de ceux dont ils s'inspirent). Yann y fait preuve d'impertinence, voire un peu plus. Les dessinateurs s'en donnent à cœur joie et sont au diapason de leur art. Et quelques-uns ne sont rien d'autre que d'ancien grand prix d'Angoulême.

Une petite pépite pour les 20 ans d'Aire Libre.

 

Midi-Minuit - note : 8,5/10

Doug Headline revient dans la collection Aire Libre des éditions Dupuis, avec un nouveau thriller après le polar Fatale (en 2014), roman de son père Patrick Manchette. Il s'est associé, ici, avec l'italien Massimo Semerano pour un récit sur le genre "Giallo", un genre cinématographique italien.


© Dupuis 2018.

 Deux cinéphiles, totalement adeptes du "giallo", film qu'on qualifierait actuellement de populaire tournés entre les années 1962 et 1982, vont avoir l'occasion d'interviewer une de leur idole, Marco Corvo, qui s'est totalement retiré après le tournage inachevé de son film Luce nera. François Renard et Christophe Lemaire vont ainsi rencontrer celui qu'ils considèrent comme le maître du giallo, en se rendant en Italie, et en suivant quelques recommandations de son attachée de presse. Le maître est lunatique et malade et peut à tout moment mettre fin à l'interview. Mais leur arrivée a, semble-t-il, déclenché une tragédie : une série de meurtre touchant des critiques de cinéma ayant honnis les films de Corvo.

Ce livre est un petit régal. Se basant sur une culture que nombre d'entre nous connaissent sans vraiment le savoir - comme les western spaghetti -, on découvre un cinéma riche et varié dont les auteurs nous montrent tout leur amour. Des personnages sympathiques, un thriller prenant, on est emmené jusqu'au bout pour un véritable hommage à un genre du cinéma italien disparu.

 


Les couvertures des 2 albums - © Dupuis 2018.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse