Dargaud : Médecins de guerre T1, Les beaux étés T6, Les chroniques de l'univers T2

/ Critique - écrit par plienard, le 10/07/2021

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

Médecins de guerre – Tome 1 :  Ligne de vie – note : 8/10

Une nouvelle série sur la vie des militaires démarre aux éditions Dargaud avec Patrice Buendia au scénario et Gilles Laplagne. Le scénariste est un habitué du genre puisqu'il a déjà signé des épisodes de série mythique comme Buck Danny (diptyque Les oiseaux noirs chez Dupuis) ou Tanguy et Laverdure (tomes I à  III d’une aventure classics). Il va cette fois quitter l'armée de l’air pour revenir sur terre. Un savoir faire dont n’a pas à rougir son dessinateur qui a lui aussi pu officier sur des séries « militaires  » comme Centaures, Unité félin (6 tomes dont le dernier avec Patrice Buendia) ou Réseau sentinelles.


© Dargaud 2021.

 

Le personnage principal est une jeune médecin, Virginie N’Guyen, qui sort de l'école militaire major de sa promo. C'est dire si elle va pouvoir choisir son affectation. Mais elle décide de rejoindre le RCP (Régiment des Chasseurs Parachutistes). Et pour sa première mission, direction le Mali où elle n’est pas accueilli à bras ouvert. Elle va devoir montrer ce dont elle est capable.

Un premier tome intéressant de mise en place du personnage de Virginie. On découvre son parcours, ses origines, et ses difficultés. Très compétente, elle arrive dans un milieu d’hommes qui ne s’attendent pas à. Voir débarquer une femme qui pourrait être une charge à leurs yeux.

L’univers militaire est aussi extrêmement décrit et détaillé mais  alourdit parfois la lecture avec de nombreuses annotations. Le dessin de Gilles Laplagne est extrêmement précis et nous plonge dans cet univers avec facilité. Et si, jusqu’au bout, on est intéressé par l’album, on ne peut empêcher de n’y voir que la description d’une vie de militaire dans un contexte de guerre. Rien de bien original au final. Mais c’est sans compter sur la dernière page qui apporte un sérieux retournement de situation pour le personnage principal et pour l’opinion du lecteur. Il n’y a pas le choix il faudra attendre le prochain tome !

 

Les chroniques de l'univers - Tome 2 : Les mangeurs de temps - note : 6/10

Dans ce récit de science-fiction, on retrouve l'équipage du Thucydide en pleine galère. Perdu dans l'immensité de l'espace sans savoir à quelle époque il se trouve, ils ont un début d'espoir en trouvant une épave de vaisseau spatial. À l'intérieur le corps d'un homme encore vivant. Pourra-t-il leur apporter les réponses qu'ils attendent ?

Si le récit ne manque pas d'humour, apporter par la relation compliquée entre Polly et Mark, il est aussi sacrément compliqué notamment quand il s'agit de traiter des notions du temps si tant est qu'elle existe ! Avec un dessin tourné vers la jeunesse, on ne sait plus trop à quel type de lecteur la série s'adresse. À tous ! Répondront certainement les auteurs. Toujours est-il que les questions scientifiques toucheront sans doute un  lectorat adulte alors que le dessin attirera un lectorat plus jeune. Et pas sûr que tout cela cohabite bien.

 

Les beaux étés - Tome 6 : Les Genêts - note : 9/10

Les albums s'enchaînent et nous submergent toujours d'émotions. La recette est toujours la même : la famille Faldérault attend le papa dessinateur à la bourre pour rendre ses planches pour pouvoir partir en vacances. Quelques déboires, et beaucoup de bonne humeur parsèment l'album.


© Dargaud 2021.

 

Il faudra toute la persuasion féminine de Madeleine - en gros, elle le menace de partir sans lui - pour que Pierre Faldérault consente de démarrer Mam'zelle Estérel en direction du Sud, destination "leur calanque" (voir tome 4). Mais si la joie et l'amour rythment le quotidien de cette famille belge bien sympathique, les aléas qui font les souvenirs de toute une vie sont aussi bien présents. Cette année (1979) c'est le pare-brise de la 4L qui va faire une rencontre brutale avec un panneau signalétique tombé d'un camion. Il va falloir attendre que le garagiste reçoive un pare-brise de rechange pour pouvoir repartir. Heureusement, Esther et Estelle acceptent de les accueillir dans leur ferme.

Qui dit nouvelles vacances, dit nouvelles rencontres. Avec leur série, Zidrou et Jordi Lafebre racontent les vacances au passé mais posent aussi les jalons de sujets qui vont se développer par la suite.

Les beaux étés, c'est la série feel-good par excellence qui donne la banane. À lire obligatoirement avant de prendre la route des vacances pour encaisser les déboires que vous pourriez rencontrer avec la philosophie "made in Faldérault".

 


Les couvertures des albums - © Dargaud 2021.

 

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse