Dargaud : Aristophania T2, Undertaker T5

/ Critique - écrit par plienard, le 11/11/2019

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Xavier Dorison en force ! En cette fin d'année, Xavier Dorison est partout et surtout chez Dargaud où il signe le second tome d'Aristophania et le cinquième d'Undertaker.

Aristophania - Tome 2 : Progredientes - note : 8/10

Il réinvente un monde de fantaisie où s'oppose le Bien et le mal, symbolisé respectivement par la reine et le Roi banni. Tout ceci se déroule sur la côte d'Azur (la bien nommée), puisque c'est bien "l'Azur" qui est source des pouvoirs de chacun. Les trois jeunes gens, Basile, Victor et Calixte ont été pris sous la coupe de la Comtesse après la mort de leur père, il y a plusieurs années, et l'agression de leur mère qui se retrouve entre la vie et la mort. La comtesse veut en faire des "écuyers" de l'Azur, mais elle n'a que sept jours pour faire leur initiation.


© Dargaud 2019.

 Joël Parnotte (Le sang des Porphyres, Le maître d'armes) met en dessin de façon remarquable dans une ambiance exprimant à la fois "réalisme social et romantisme noir". Chaque personnage fait l'objet d'une belle description, mettant en évidence toutes leurs caractéristiques spécifiques.

 

Undertaker - Tome 5 : L'indien blanc - note : 8/10

En moins de cinq albums, la série western de Xavier Dorison et Ralph Meyer, Undertaker, aux éditions Dargaud, aura conquis les lecteurs et acquis ses lettres de noblesse pour devenir une référence actuelle au même titre que le Blueberry de Giraud. C'est dire si ce cinquième tome, premier d'une nouvelle histoire en deux parties, était attendu avec impatience et envie.


© Dargaud 2019.

 On retrouve Jonas Crow, l'undertaker, a devoir déterré le fils de la plus riche femme de Tuckson dans un cimetière sacré des indiens salvaje. Une entreprise délicate que son vieil "ami", Sid, va parvenir à le convaincre à remplir mais qui cache des secrets que ce dernier n'a pas jugé bon de lui révéler.

Avec des amis comme celui de l'undertaker, il n'y a plus besoin d'avoir des ennemis. Et Jonas Crow va devoir choisir entre respecter sa parole et mourir, ou se dédire et vivre … Dans sa mésaventure, les indiens qui veulent récupérer le corps qu'on leur a volé sont soumis aux même choix.

Dans ce nouveau diptyque, Xavier Dorison expose ses personnages à une vraie tragédie et ne manque pas de nous dérouter par leur psychologie et leur physionomie inattendue.

Le dessinateur, Ralph Meyer, donne à  ce western toute la noirceur nécessaire aidé par les superbes couleurs de Caroline Delabie.

 


Les couvertures des 2 albums - © Dargaud 2019.

 

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse