6/10Les Aventures de Scott Leblanc – Tome 4 – Echec au roi des Belges

/ Critique - écrit par plienard, le 25/08/2016
Notre verdict : 6/10 - Le Tintin de Geluck !

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Une bande dessinée où le roi de Belgique est totalement partie prenante de l’action.

Un nouvel album de Philippe Geluck sort en ce mois d’aout 2016, le 24 pour être exact et il ne s’agit pas de son célèbre Chat. Avec Devig au dessin, le duo signe la quatrième aventure de Scott Leblanc qui a obtenu de pouvoir interviewer le roi Baudouin sur le monde animal. Mais le journaliste français va se faire enlever. Sa mère, qui n’a pas eu de ses nouvelles depuis moins de 24 heures, va s’inquiéter et quérir l’aide du professeur Moleskine. Ce dernier va vite comprendre que derrière cet enlèvement c’est le roi des Belges qui est visé.


©Casterman édition 2016.

Si ce qui frappe au premier abord, c’est la grande similitude du personnage avec le célèbre héros de la bande dessinée franco-belge d’Hergé, même physique, même métier de journaliste, les personnages secondaires apportent aussi ce petit air sympathique de déjà-vu – la mère de Scott a tout de la Castafiore et le professeur Moleskine est un mélange de capitaine Haddock et de professeur Mortimer. On navigue donc dans un univers familier, qui pourrait apparaître rétro à notre époque, mais ce n’est pas du tout le cas.

Scott Leblanc n’a rien des héros traditionnels de la BD franco-belge : trop gentil et complètement innocent, limite crédule, il est la caricature de ces premiers personnages de l’enfance de nos parents. Il ne fume pas, adore les animaux (ce qui est le prétexte de plusieurs situations amusantes), très (trop ?) proche de sa mère, dénué de tout sens de déduction, très premier degré, il forme avec le professeur Moleskine un duo détonnant.

Le dessinateur Devig, dont on avait lu le très bon album Le croiseur fantôme en 2012, continue dans la veine extrêmement classique avec un certain don et une belle réussite. Très loin de l’humour grinçant qu’on peut lui connaître, Geluck arrive à nous séduire par l’opposition de caractère Moleskine-Scott ou Moleskine-Mme Leblanc, mais ne peut cependant pas s’empêchait à quelques « horreurs » (bien sympathique d’après moi) sur les animaux. Il se donne aussi le droit d’avoir comme acteur  le roi des Belges en personne. Amateurs de BD classique, c’est pour  vous !

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse