On accourt au FIBD 2024 !!

/ Critique - écrit par plienard, le 21/01/2024

Tags : dessinee prix loi livres angouleme festival album

Le festival international de la bande dessinée reprend ses quartiers, comme chaque dernier week-end du mois de janvier (à l'exception notoire de la période COVID), dans la ville charentaise d'Angoulême.

4 jours de fêtes où le neuvième art est à l'honneur pour la 51ème fois depuis 1974. Une manifestation de renommée internationale qui ne cesse d'évoluer et qui n'en est plus seulement à revenir sur son passé. Elle est aussi là pour présenter son futur et nous alerter sur les évolutions à venir de son écosystème - le numérique, les échanges multisupports, son économie … - et de la société - par la liberté d'expression qu'elle permet. 

2024, année olympique

Le FIBD est une voix culturelle de portée internationale et en 2024, il va intégrer l'événement planétaire qui va se dérouler cet été dans notre pays, dans le cadre de "l'Olympiade Culturelle". Une occasion supplémentaire pour montrer qu'un festival, culturel ou sportif, est l'occasion d'une réunion, d'échanges et de débats, mais qui ont vocation à fédérer.

C'est avec tous ces paramètres, que le 51ème festival va ouvrir ses portes entre le 25 et 28 janvier 2024, "sous le signe du mouvement, résolument ouvert vers la jeunesse, la création, la transversalité et le dialogue entre les arts".

Sous l'égide du Grand Prix2023, Riad Sattouf, de nombreuses expositions vont nous faire découvrir l'intentionnalité de ce média que nous chérissons tant, et en premier lieu, la sienne !

Riad Sattouf, L'arabe du futur, œuvre-monde


© Riad Sattouf.

 

Riad Sattouf a récemment mis un point final à la série qui l'a totalement révélé au grand public avec le sixième tome de L'arabe du futur (chez Allary éditions). Cette exposition mettra en avant son aspect autobiographique avec des planches originales et des archives personnelles, mais aussi son aspect universel avec ce qu'elle invite à comprendre du monde contemporain.

 

 

  

 

Le 9ème art canadien !

Le festival, en partenariat et avec le soutien financier du gouvernement du Canada, va mettre le cap sur le pays à la feuille d'érable. Un pavillon Canada, accessibles aux festivaliers, se situera au centre du festival (Rue Hergé) et sera dédié aux éditeurs/éditrices et auteurs/autrices. Au nouveau Monde, espace dédié au monde alternatif du 9eme art, un stand spécifique sera présent. Le parvis de l'Hôtel de Ville accueillera une exposition sur le BD canadienne. Et la Canada, c'est aussi une gastronomie que les festivaliers pourront goûter via le food truc installé en centre-ville.

Concours de la BD scolaire

Démarré en 1975 (un an après le 1er festival), le concours de la BD scolaire va donc fêter ses 50 ans. L'occasion de lui consacrer une exposition rétrospective. Créé par l'initiative de Dominique Bréchoteau en 1975, ce concours a permis de révéler des auteurs et autrices majeur(e)s de la BD et a connu des évolutions et des appellations différentes. Une manière de revenir sur cet événement très lié au festival par l'intermédiaire,  notamment des témoignages de ses lauréat(e )s.

Une fois encore (n'en déplaise à certains), le manga va recevoir la lumière des projecteurs avec 3 expositions

Moto Hagio, Au-delà des genres

Une exposition exceptionnelle au musée d'Angoulême revenant sur 50 ans de carrière sur une autrice révolutionnaire, récompensée à de nombreuses reprises (Personne de mérite personnel au Japon en 2019). Une autrice dont la carrière commence en 1969 dans un magazine pour filles (Nakayoshi), et qui va marquer le monde du shôjo manga par le type de récit qui va à l'encontre de la production contemporaine. Remarquée par son histoire Le Pensionnat de novembre en 1971 elle va enchainer les récits éclectiques comme la chronique d'une famille de vampires (Clan des Poe), de la science-fiction (Nous sommes onze !), du fantastique ou ancrés dans la réalité contemporaine.

Hiroaki Samura : Corps et armes

À l'espace Franquin, l'exposition inédite de cet auteur à Angoulême se focalise sur un artiste au travers de son opus L'Habitant de l'infini, un manga de sabre de 30 volumes entre 1993 et 2012. Un récit qui met en exergue des combats où corps et armes se mélangent dans des "chorégraphies percutantes".

Shin'ichi Sakamoto : Dracula, immersion dans les ténèbres

À l'occasion du nouveau manga de Shin'ichi Sakamoto, #DRCL : Midnigth Children (aux éditions Ki-oon), le festival nous propose de s'immerger dans les ténèbres de cet univers à la chapelle Guez-de-Balzac. Un univers à l'ambiance magique avec une approche contemporaine du Dracula de Bram Stoker et qui sera scénographié à l'aide de tableau imaginé par l'auteur, diffusé sur les pierres et les arches majestueuses de la chapelle, au son d'une musique composée par Fred Avril et Philippe Monthaye.

 

Lorenzo Mattotti, L'art de courir


© Lorenzo Mattotti.

 

Dans le cadre de l'olympiade culturelle, Lorenzo Mattotti s'installe au Musée d'Angoulême pour "livrer une vision flamboyante et plurielle d'un art de la course" . Une centaine de dessins qui seront soulignés par des fictions écrites de Maria Pourchet. L'artiste italien de Feux (1986) croise la romancière vosgienne de Feu (2021) pour évoquer le mouvement de la course comme sport mais aussi comme celui d'une fuite.

Nine Antico, Chambre avec vue

Nine Antico et le festival c'est ce qu'on peut appeler, une histoire d'amour. Son premier album, Le goût du Paradis, fait partie des lauréats du prix Découverte de 2009. En 2011, c'est la sélection officielle qui l'honore avec 2 albums pour ces deux albums, Coney Island Baby et Girls don't cry. Cette année, Madones et putains fait partie de la sélection officielle alors qu'elle investit l'hôtel Saint-Simon. Autodidacte, fan de d'indie rock, elle est l'autrice d'une dizaine d'album dans des genres hétéroclites, allant de l'autobiographie à la BD érotique en passant par l'album jeunesse. Allez découvrir cette artiste talentueuse.

Thierry Smolderen, "le scénario est un bricolage"

Depuis peu le festival tente de mettre à l'honneur les scénaristes. Après Goscinny (2022), Marguerite Abouet (2023), Thierry Smolderen, prix René Goscinny - Meilleur Scénariste l'année dernière pour Cauchemars ex machina, se prête à l'exercice à l'étage du vaisseau Moebius. Depuis 35 ans, ce bruxellois accumule les compétences dans le 9ème art : scénariste, enseignant, chercheur, historien, théoricien. Une exposition qui parcourt cette existence au travers des planches de ses collaboratrices et collaborateurs. L'occasion de s'essayer à l'art du scénario et de découvrir ses futurs projets.

Ligne(s) de départ, rien ne sert de courir ?

L'ancien Pavillon Jeunes Talents, renommé L'Espace Nouvelle Création accueille 4 jeunes artistes pour une exposition originale, jamais vue au festival ! Lisa Blumen, Nina Lechartier, Jérémy Perrodeau et Chloé Wary "s'affrontent" et imaginent leur ligne de départ. Une course narrative qu'ils expriment librement au travers de leur identité artistique.

Bergères guerrières : la grande quête de Jonathan Garnier et Amélie Fléchais


© Glénat.

 

Fauve jeunesse 2022, cette série de Jonathan Garnier et dessinée par Amélie Fléchais a droit à une exposition interactive au Quartier Jeunesse avec l'objectif pour les festivaliers de remporter l'écusson de Bergère guerrière. Dans des décors qui recréent l'univers magique de la série, les visiteurs vont mettre à l'épreuve leur habilité et leur compétence pour valider leur diplôme.

  

 

 

 

 

 

 

Et encore des expo .. !

La cité internationale de la bande dessinée et de l'image accueillera 3 expositions : 77 planches tirées du journal de Tintin paru exceptionnellement au dernier trimestre 2023 et qui viendront faire face à des couverture originales du journal ; Autre exposition, celle de François Bourgeon pour une rétrospective  sur son oeuvre et son parcours ; enfin une exposition sur le lien entre la BD et l'art culinaire au travers d'une centaine d'auteurs et d'autrices (Croquez ! La BD met les pieds dans le plat).

 

Olivier Ledroit, on vous en parle quelquefois sur Krinein pour les récentes rééditions chez Glénat de sa série Requiem, chevalier vampire. Venez découvrir les planches inédites du prochain album (le tome 12) dont la sortie est prévue en avril 2024. C'est dans le hall du CCI de Charente.

 

Et la liste n'est pas exhaustive ! Alors bon courage aux festivaliers …

 

Des prix, des prix, et un grand prix ….

Mais avant de démarrer, le festival va d'emblée élire son Grand Prix 2024. Qui succèdera à Riad Sattouf ? Entre Daniel Clowes, Catherine Meurisse et Posy Simmonds, le choix va être cornélien et sera annoncé ce 24 janvier.

L'américain Daniel Clowes est une figure de proue du comics indépendant. La française Catherine Meurisse est l'incarnation de l'humour à la française et l'anglaise Posy Simmonds est une illustratrice renommée pour Gemma Bovery. Je vous laisse à vos pronostics, mais personnellement, j'aurais bien une préférence "chauvine" ….

 
© Brian Molyneaux - © Rita Scaglia - © Hervé Véronèse.

 

Si les Tuche réclament des frites (oui, la comparaison est audacieuse !), les professionnels présents au festival et présents dans les différentes sélections, espèrent bien ramener un Fauve à la maison. Si vous voulez découvrir les sélections officielle, Fauve Polar-SNCF, Patrimoine, Jeunesse, Eco-Fauve RAJA, ou fauve des lycéens, un petit clic sur les liens ci-dessous vous en donnera un aperçu :

 

Sélection officielle 

Sélection Patrimoine 

Sélection Jeunesse 

Sélection Fauve polar-SNCF voyageurs 

Sélection Eco-Fauve RAJA 

Sélection Fauve des Lycéens