5/10Yakari et les oiseaux

/ Critique - écrit par plienard, le 18/03/2012
Notre verdict : 5/10 - Une intégrale qui vole haut (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Yakari est l’ami des animaux et a un don, il peut parler avec eux. Il les comprend et ils le comprennent. C’est l’occasion pour le jeune papoose de se lier d’amitié avec de nombreux animaux tels que les chevaux, les castors, les ours, les bisons, les loups et enfin les oiseaux.

Sous ses différents thèmes, Le Lombard réédite les aventures de Yakari sous forme d’intégrale regroupant trois albums. On retrouve dans celle qui nous préoccupe aujourd’hui Yakari et l’étranger (1981), le vol des corbeaux (1988) et l’escapade de l’ourson (2009).


La couverture de l'intégrale.
Yakari et l’étranger

Le monde des castors est en ébullition. Un étrange oiseau, un pélican blanc, vient d’atterrir en catastrophe dans leur chantier de construction. Le pauvre volatile est enrhumé et complètement perdu. Il est tout de même recueilli et Yakari va proposer de l’aider à retrouver des forces et une bonne santé car son rhume l’empêche de se nourrir. Mais le jeune indien ne se rend pas compte de ce qui l’attend.

 

Le vol des corbeaux

Élan-lent part se promener dans la campagne. Plutôt distrait comme Indien, il est à la recherche des corbeaux qu’il aime regarder voler. Soudain, un corbeau, nommé Mic-Mac, se pose sur sa tête. L’oiseau têtu semble vouloir commander l’Indien qui accepte le jeu. Mais cela se transforme vite en un envoûtement de l’oiseau. Quand, dans le camp indien, on se rend compte de l’absence d’Élan-lent, Yakari se met aussitôt à sa recherche.

 

L’escapade de l’ourson

Un ourson tente avec difficulté d’attraper des poissons dans la rivière sous les yeux amusés de Yakari et Petit Tonnerre. L’animal n’est autre que Rayon-de-miel (rencontré dans une aventure précédente) qui s’est éloigné de sa mère un peu trop possessive et protectrice à son goût. Une sorte de mère juive avec des pattes crochues et une énorme fourrure ! Mais l’apprentissage de l’indépendance est une chose difficile et le jeune ours a peut-être présumé de ses forces, surtout si le méchant Indien Arc-tendu traîne dans les parages.

 

J’aime beaucoup de aventures de Yakari. Peu de méchanceté, beaucoup de compréhension, beaucoup d’amour de la nature, des animaux et des hommes, on a toujours de belles histoires pour les enfants. L’idée des intégrales différenciées par les thèmes sur les animaux qui composent les aventures du jeune indien est une bonne idée. Sauf qu’il faut s’y tenir. Dès lors, malgré toute la beauté de la troisième histoire avec l’ourson Rayon-de-miel, on se demande bien ce qu’elle vient faire là. Seule la présence de la chouette effraie, jolie prénommée par Yakari Celle-qui-porte-son-cœur-sur-son-visage, valide la présence de cette aventure. Mais c’est un peu léger. On aurait plutôt vu L’oiseau des neiges (Tome 18) à la place. Mais les secrets de l’édition resteront un mystère pour nous, simples mortels.


DR.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Sambre
Sambre