ATTENTION : CONTENU RESERVE A UN PUBLIC AVERTI

Les images et textes à caractère érotique, pornographique ou violent contenus dans cette page peuvent choquer certaines sensibilités. En consultant cette page, vous attestez être majeur au regard de la loi française et vous prenez vos responsabilités par rapport à son contenu.

CONSULTER QUITTER

6.5/10Witching Yours - Tome 1 - Le labyrinthe des sorciers

/ Critique - écrit par Maixent, le 03/05/2015
Notre verdict : 6.5/10 - Quand Harry rencontre Hatty (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Harry Potter version adultes

Harry Potter a fait des émules et est devenu le livre incontournable d’une génération. Mais à l’instar de la petite Hermione devenue femme fatale, les lecteurs ont aussi grandis et peuvent maintenant se tourner plus vers Hattie, apprentie sorcière d’un tout autre genre.


La rentrée des classes
Accompagnée de la désinvolte et polissonne Sally, elle devra donc se rendre au Palais de la Magie, sorte de Poudlard volant situé au-dessus de Rome, pour parfaire son apprentissage et surtout passer l’épreuve finale du concours de magie. Le pouvoir des jeunes postulants, imaginons qu’ils soient juste majeurs pour des raisons éthiques, est lié à un cristal qu’il est nécessaire de charger chaque jour de l’énergie de ses émotions. Que ce soit la joie ou la haine, l’énergie la plus facilement accessible, et la plus forte si l’on sait bien s’y prendre, reste l’émotion suscitée par l’acte sexuel. Il est donc fortement recommandé aux étudiants de se livrer à la débauche pour des raisons purement techniques bien sûr. On suit donc les deux jeunes filles partant de leur Irlande natale aux prises avec une première épreuve se déroulant dans un labyrinthe où elles rencontreront bien sûr un minotaure monté comme un taureau ayant pris du viagra et l’un de leur condisciple prêt à donner de sa personne pour recharger leurs cristaux respectifs.

Qui plus est, des éléments se mettent en place annonçant les suites prochaines et tiennent le lecteur en haleine. Ainsi, l’on peut voir le premier ministre italien, se réclamant du fascisme et se vautrant dans la luxure, sous l’emprise d’un mystérieux maître rappelant le double jeu de l’empereur Palpatine, ce qui donne un début d’intrigue politique à l’album. De manière plus classique, il semblerait
Un minotaure entreprenant
qu’à l’instar d’Harry, Hatty possède  un grand pouvoir qu’elle ne maîtrise pas encore très bien, la cicatrice et les lunettes en moins.

Pour le reste, l’érotisme est présent quasiment à chaque case bien qu’il n’y ai jamais de scènes pornographiques. Point de sexes béants ou de membres turgescents, mais un érotisme diffus, des contres plongées alléchantes, des points de vue voyeuristes et des situations tendancieuses mais toujours croquées d’un point de vue original laissant la part belle à l’imagination.

Cosimo Ferri continue à mélanger subtilement érotisme et ésotérisme, affinant son trait et son propos au fur et à mesure des albums. Si le premier Mara était décevant, chaque nouvel opus est mieux réalisé, avec des personnages attachants, une narration maîtrisée, un trait réaliste jouant parfaitement sur les ombrages et les perspectives, et surtout cette finesse érotique maintenant le lecteur dans une excitation en demi-teinte perpétuelle le poussant à attendre la suite avec impatience.

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse