5/10La vie exagérée de l'homme-nylon

/ Critique - écrit , le 13/06/2007
Notre verdict : 5/10 - Absurde (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

"La vie est ailleurs" disait un célèbre détective amoureux de sa soeur. L'humour de cet ouvrage aussi. Mais il existera toujours des passionnés de sciences fictions pour tout savoir sur les extra-terrestres.

Il vous est sans doute arrivé parfois de rencontrer des individus à la personnalité insaisissable. Des gens trippant dans un délire dont eux seuls détiennent la clé pour en comprendre le sens. Et vous, misérable rabat-joie, vous haussez les épaules, esquissez un sourire poli et laissez échapper une intonation ressemblant à un rire faussé. Fier d’avoir sauvé l’honneur, vous venez de jouer le faux-cul.

Lorsque nous lisons brièvement les lignes encrées sur le dos de la couverture, La vie exagérée de l’homme-nylon est une œuvre d’art. Les spécialistes nombrilistes sont unanimes : on n’avait pas vu cela depuis la fin des Monty Python. L’homme-nylon (faisons court s’il vous plaît) ? Un chef d’œuvre littéraire équivalent à la recherche absurde du Graal, au cynisme du célèbre sketch The dead parrot? Est-ce possible ? Comment une presse unanimement constituée d’élitistes intellectuels parisiens n’ont-ils pas soufflé un mot de cette révolution sur papier ? Une enquête kriniesque s’impose.

hndeux_250
Mme Rutherford au sommet
élastique de la réflexion.
Anémone Rutherford vit un terrible drame : sa mère mourante a été victime d’une smogulation du string. La flexibilité du tissu lui a retourné le cœur, mais avant de rendre son dernier souffle, elle trouve un dernier sursaut pour donner une ultime condition à sa fille afin qu’elle touche l’héritage. Anémone devra retrouver son père, un homme blond aux cheveux de nylons défiant tous les vents. Pour l’aider dans sa tâche, la jeune femme rencontre sur son chemin Matt Brennan, spécialiste de la chasse, de la  pêche et ressources en tout genre et sur terrains variés... Un accro de la gâchette ayant pour collaborateur Detrecy, un homme fort sympathique mais en proie à des visions lovecraftiennes destructrices. Toute cette fine équipe part sur les traces de l’homme-nylon, expert en insertion de thermomètres dans le cul des chevaux.

Au vue du synopsis, la référence citée plus haut s’explique : Monty Python = Absurde. Autant dire que miel et betterave ont du sucre. Oui l’absurde est omniprésent, l’homme-nylon annonce dès les premières pages une narration explosive, pour se convertir petit à petit en kamikaze. Le début de l’action mélange avec finesse les ingrédients pour ressortir une intrigue loufoque mais non dépourvue d’intérêt. Les dialogues irréalistes sont soutenus par leur crédibilité cynique, le lecteur s’en amuse. Mais la sauce tourne trop vite au vinaigre pour les fins gourmets que nous sommes. Le récit, malgré ses divagations, s’en emmêle les pinceaux. Nous ne savons plus qui fait quoi et si Dieu existe encore.
 Seul lot de consolation : un petit esquimau présent pour faire du comique de répétition, permet aux lecteurs de relever la tête pour scruter l’horizon de la dernière page. Car au-delà de la narration, le chemin de croix graphique connaît certaines pentes rudes à grimper. Le dessin réaliste est plutôt bien maîtrisé dans l’ensemble, notamment au niveau des angles de vue. Le style semble avoir 20 ans d’ancienneté avec la coloration d’époque. Les protagonistes manquent peut-être d’expressivité mais ce n’est pas un mal condamnable en soit. Au contraire. Malgré ces défauts et l’aspect peu attrayant du dessin, une étrange impression vous murmure à l’oreille que le tout s’emboîte et semble cohérent. Derrière toute cette machination scénaristico-graphique, La vie exagérée de l'homme-nylon demeure un ouvrage-ovni où les extras-terrestres solitaires semblent connaître leur destination. Cela sans forcement emener avec eux des terriens dans leur galaxie lointaine.

Oui, la Terre n’avait pas connu un pareil phénomène depuis les Monty Python.

La vie exagérée de l’homme nylon s’impose comme étant une bande dessinée destinée à un public constamment perfusé à l’absurde. Un humour risqué ne pouvant pas convenir à un certain lectorat… un large lectorat… Et si les similitudes s’arrêtaient à cette condition ?

A découvrir
Sambre
Sambre
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)
Royaume de Tolkien : Visions des Terres-du-milieu (Le)