7/10La Tranchée - Tome 1 - Sauveur

/ Critique - écrit par iscarioth, le 14/03/2006
Notre verdict : 7/10 - Le Cluedo tourne au carnage (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 2 minute(s) - laisser un commentaire

Amorcé comme une enquête militaire très structurée, La tranchée vire à mi-chemin au carnage. Un résultat pour le moment convaincant.

Du Cluedo...

La tranchée débute comme une enquête policière très structurée. Sauveur Albertini, de la police militaire, vient enquêter sur le meurtre d'un soldat, perforé d'une baïonnette française, dans le baraquement d'une tranchée. Dans un premier temps, les personnages nous sont méthodiquement et explicitement présentés, avec « le tour de salle » des soldats. Deuxième étape, toujours très minutée, le panorama des mobiles. L'assassin est forcément encore dans le petit baraquement dans lequel se situe le cadavre du soldat fraîchement tué. Qui a tué et pourquoi ? On passe en revue chacun des protagonistes et l'on découvre que chacun possède une véritable raison d'avoir voulu la mort de ce soldat à la réputation de grosse ordure. Les vingt premières pages de l'album se consacrent ainsi à l'exposition de l'intrigue à travers la succession des meurtriers présumés : on pense au fameux jeu de société Cluedo et à ces visages tous plus coupables les uns que les autres.

A l'horreur...


Puis, soudainement, un élément déclencheur vient faire tout basculer et l'album prend une toute autre direction dans sa deuxième partie, se faisant plus silencieux et observateur. La deuxième partie de l'album est consacrée au déferlement guerrier, au champ de bataille et à la mort, avec des pages et doubles pages muettes, qui rendent bien compte de l'horreur et de l'hécatombe que fut la Grande guerre. Le dessinateur Christophe Marchetti, issu du monde des jeux vidéos, réalise ici son tout premier album de bande dessinée. Le résultat est tout à fait convaincant. L'encrage est gras, la coloration, extrêmement brune, peu dégradée, souvent constituée d'aplats uniformes de couleurs ocres (le brun des arrières plans, des poutres). Marchetti ne donne pas dans le réalisme pur mais parvient à créer une atmosphère froide, brumeuse et malsaine, tout à fait appropriée à ce genre d'histoire.


Amorcé comme une enquête militaire très structurée, La tranchée vire à mi-chemin au carnage. Un résultat pour le moment convaincant. Reste à attendre le deuxième album, concluant l'histoire, pour comprendre et apprécier où les auteurs ont voulu nous emmener.

A découvrir
Sambre
Sambre
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Joe Bar Team
Joe Bar Team