8/10Tout Jijé - Tome 18 - 1942-1945

/ Critique - écrit par plienard, le 31/12/2010
Notre verdict : 8/10 - Tout pigé (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 4 minute(s) - laisser un commentaire

18ème et dernier ouvrage sur l'œuvre de Joseph Gillain, dit Jijé, qui s'attache à traiter les années difficiles de la seconde guerre mondiale.

Tout Jijé 1942 - 1943 - 1944 - 1945, drôle de titre pour une intégrale. Pourtant, tout s'explique à la lecture des premières pages. En effet, nous sommes en pleine
seconde guerre mondiale. La Belgique est occupée. Toute ?  Non, un village d'irréductibles belges continue à s'opposer à l'envahisseur. Non, ce n'est pas exactement cela. La Belgique est bien occupée et l'éditeur carolorégien tente de continuer à sortir son magazine malgré la censure. A cette époque, Jean Doisy, "grand meneur" du club des amis de Spirou (A.D.S.) mais aussi romancier, traducteur, journaliste sert de diplomate avec l'administration d'occupation et notamment les services contrôlant la presse. Il sauvera à plusieurs reprises les éditions Spirou de l'interdiction de paraître jusqu'en septembre 1943. les éditions auront juste l'autorisation d'une parution en 1944, L'almanach de Spirou 1944.

Si le dossier de l'intégrale fait état de ces difficultés et de l'importance de Jean Doisy, elle est tout de même consacrée à Joseph Gillain, dit Jijé. Elle nous montre de nombreux inédits, allant de l'incroyable code d'honneur des A.D.S. instauré par Jean Doisy et dessiné par Jijé. Il est édicté en neuf points et a le mérite de montrer le fossé entre cette époque et la-notre avec ses valeurs moralisatrices :

  • Un ami de Spirou est franc et courtois
  • Un ami de Spirou a du cran, il sait dire oui ou non
  • Un ami de Spirou aime la discipline libre et joyeuse
  • Un ami de Spirou est fidèle à Dieu et son pays
  • Un ami de Spirou est l'ami de tous, et surtout des faibles
  • Un ami de Spirou sait se rendre utile, se déranger pour les autres, se priver
  • Un ami de Spirou n'a pas peur de se salir les mains, mais veut se garder propres dans ses pensées, ses paroles et ses actes
  • Un ami de Spirou est toujours gai et de bonne humeur même devant la difficulté
  • Un ami de Spirou s'engage à ne dévoiler à personne la clé du code.

Si tout ceci peut paraître aberrant à notre époque, cela a au moins le mérite de remettre les choses dans leur contexte comme les valeurs chrétiennes qui prévalaient à l'époque. Mais il y a aussi les difficultés de pouvoir faire un travail correct. Nous sommes à la préhistoire de la bande dessinée et le papier et le matériel ne sont pas de bonnes qualités. Il faut donc mettre un bémol à nos critiques sur le dessin ou le rendu de certaines pages. Pourtant grâce au formidable travail de certains, la restauration de certaines œuvres montre tout le talent des auteurs de l'époque, et notamment celui de Jijé. Vittorio Leonardo est de ceux-là. Et malgré l'aide de l'informatique, il a fallu à ce monsieur, revoir case par case, les dessins. On découvre ici la première aventure de Jean Valhardi (nom du héros soufflé par Jean Doisy) et l'admirable travail de Vittorio qui a su rendre hommage au travail de Jijé.


En voyant l'ouvrage, vous vous dites « Dieu que ça va être chi... ». Et pourtant, il n'en est rien. Bien au contraire. On apprend énormément de choses. On nous dévoile les petites histoires dans la grande histoire de la bande dessinée. Et surtout, on comprend mieux pourquoi la réédition de vieux albums n'est pas toujours très agréable à lire. On prendra aussi du plaisir à lire la première aventure du détective d'assurance Jean Valhardi. Pensez donc, que d'une banale histoire d'escroquerie de rachat de propriétés incendiées, le détective se retrouve en Afrique, à la recherche d'un trésor avec un orphelin nommé Jacquot. Le style et le héros n'est pas sans rappeler les premières histoires de Tintin. Le look du détective (blond et culotte de golf) renforçant cette impression. Et comme je l'ai souligné un peu plus tôt, le travail de Vittorio Leonardo est tout à fait admirable. On s'en rend, d'ailleurs, un peu plus compte, quand on lit les deux autres grandes aventures de cette intégrale, Spirou et l'aventure et la biographie de Christophe Colomb. Ces deux histoires n'ont pas eu droit à une restauration et surtout Spirou et l'aventure a subi les tentatives de changement de style de Jijé qui empêche de vraiment pouvoir s'y immerger. On pourra cependant y découvrir l'apparition de Fantasio que Jijé a introduit (sur une suggestion de Jean Doisy) pour mettre un peu de fantaisie dans cette reprise qu'il n'affectionnait pas franchement. Quand à Christophe Colomb, le scénario a subi une longue interruption suite à l'interdiction de paraître des éditions Dupuis qui lui a été préjudiciable. L'envie du scénariste a été émoussée et l'histoire a été finie rapidement.

Cette intégrale est la 18ème accordée à l'auteur Joseph Gillain. Elle finit la collection commencée en 1991 et vient 6 ans après le 17ème. Jijé est une institution aux éditions Dupuis. De par son talent, évidemment, il a formé des auteurs comme Franquin, Will... mais aussi par son histoire avec la maison carolorégienne. Si cet ouvrage ne va pas intéresser tout le monde, il s'adresse surtout à des passionnés de la bande dessinée et de son histoire, il est superbement fait et très instructif.

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
V pour Vendetta
V pour Vendetta
Joe Bar Team
Joe Bar Team