6/10Tif et Tondu -

/ Critique - écrit par iscarioth, le 01/04/2007
Notre verdict : 6/10 - Old school (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 5 minute(s) - 6 réactions

Heureux les nostalgiques, les enfants de Spirou et autres bédéphiles quinquagénaires, les sentiers du souvenir vous sont ouverts. Aux autres, un oeil hagard lancé sur ce passé ne fera pas de mal à votre culture générale.

Début des années 2000, le vent de la protestation souffle chez les défenseurs du patrimoine du Journal de Spirou. Les albums de Tif et Tondu, l'une des séries les plus importantes de l'histoire de Dupuis, se raréfient. Plus de réimpression, les amateurs doivent s'arracher de vieux exemplaires onéreux sur les marchés de collectionneurs... Les éditions Dupuis se tâtent. Réédition ou pas ? Si oui, forcément sous forme d'intégrale et certainement dans un ordre thématique plutôt que chronologique. En 2005, une pétition est lancée. Polémique chez les bédéphiles, entre ceux qui accordent de l'importance à ce pavé de l'histoire franco-belge et ceux que la disparition de cette série du fond des âges ne dérange pas plus que cela... Alors, le retour de Tif et Tondu, un caprice d'anciens et de nostalgiques ou un événement d'importance et de qualité ?

Tif-sans-un-poil et Tondu-plein-de-tifs


Les éditions Dupuis ont finalement tranché. Tif et Tondu réapparaissent sous forme d'intégrale thématique, et non chronologique, dès 2008. Mais au fait, Tif et Tondu, c'est quoi ? Ou plutôt, c'est qui ? Tif, un gros bonhomme entièrement chauve. Tondu, un chevelu barbu. J'en entends penser : « C'est pas l'inverse ? ». Non, cette inversion, c'est l'un des charmes de l'humour naphtaliné d'après guerre. Les aventures de Tif et Tondu, comme celles de Spirou, prennent leur source aux premiers moments de vie du Journal. Comme sur Spirou, plusieurs auteurs se sont succédés aux commandes. Will, décédé en 2000, est l'auteur emblématique de cette franchise, il a tout dessiné, de 1949, ayant pris la succession du pionnier Fernand Dineur, jusqu'en 1991 et la parution du 39ème album, Coups durs. Principalement, trois scénaristes se succèdent aux commandes : Maurice Rosy, Maurice Tillieux et Stephen Desberg. Le quarantième album, en 1993, marque un tournant : Will se retire et la série est reprise par Denis Lapière et Alain Sirkoski. Quelques albums plus tard, c'est l'essoufflement. La reprise est un échec et la série s'arrête en 1997 au quarante-cinquième album. Les éditions Dupuis ne ferment pas pour autant les portes et n'excluent pas la reprise de la franchise par un nouveau couple d'auteurs. Un peu comme pour les intégrales Gil Jourdan, les éditions Dupuis proposent deux volumes d'intégrale par an, avec des petits dossiers en préambule, expliquant l'historique de la série.

Forcément, les puristes protestent contre l'ordre non chronologique de compilation. Le dessin a certes beaucoup évolué, mais la mécanique d'action et d'humour de la série ne s'est pas métamorphosée pour autant, et les éditions Dupuis ont pris soin de réaliser des regroupements tout à fait cohérents.

Le droit de ne pas en penser que du bien ?


Attention où vous mettez les pieds, amis rédacteurs. Critiquer le dernier navet politico-financier néo-Largo Winch est une chose, ne pas s'enthousiasmer à la sortie de l'intégrale d'un monstre du patrimoine franco-belge en est une autre. Tif et Tondu a beau symboliser un pan entier de l'histoire de la bande dessinée, elle n'en reste pas moins, aujourd'hui, une série sclérosée, aux codes usés jusqu'à la moelle. Non, on ne condamne pas à la péremption toute oeuvre vieille de plus de trente ans. Jamais la rubrique cinéma de Krinein ne se permettra d'infliger une critique assassine au Mécano de la général de Buster Keaton pour le simple fait d'avoir l'âge de nos grands pères. De même, en toute honnêteté rédactionnelle, on ne peut pas crier au génie burlesque sur le simple argument d'un enracinement historique. Alors oui, on va l'écrire, même si c'est pas beau : Tif et Tondu, c'est vieux, sclérosé, ringard et pour les bédéphiles du 21ème siècle, sans aucun autre intérêt que celui de la curiosité patrimoniale. Tif et Tondu réunit les clichés de son époque ("les jaunes", dans La main blanche, chapeau chinois vissé sur la tête, peau quasi fluorescente et le regard aiguisé et machiavélique). La série fatigue par les codes du genre policier et humoristique qu'elle rabâche sans jamais faiblir. On ne pourra pas reprocher à un album de Tif et Tondu un manque de rythme. L'aventure part toujours sur les chapeaux de roue. Les péripéties fleurent bon les mimiques d'après guerre, chères à Tintin, telles que l'individu chloroformé par derrière, les clous qu'on laisse traîner sur la route. Presque chaque album repose sur le jeu du chat et de la souris. Le cliché récurrent : le "mystérieux personnage", le visage caché dans l'ombre, même en plein soleil et dont tout le monde anticipe à l'avance l'identité. Le plus amusant à observer reste certainement l'interaction entre Tif et Tondu, véritable couple. Scènes de ménage, petites manies insupportables de l'un qui font le caractère de l'autre... Les deux bonshommes sont parfaitement coordonnés et vont jusqu'à dormir dans la même chambre... Tif et Tondu, précurseurs des icônes gays ?


Heureux les nostalgiques, les enfants de Spirou et autres bédéphiles quinquagénaires, les sentiers du souvenir vous sont ouverts. Aux autres, un oeil hagard lancé sur ce passé ne fera pas de mal à votre culture générale.


Liste des albums :

Tome 1 - Le trésor d'Alaric (1954)
Tome 2 - Tif et Tondu en Amérique centrale (1956)
Tome 3 - Oscar et ses mystères (1956)
Tome 4 - Tif et Tondu contre la main blanche (1956)
Tome 5 - Le retour de Choc (1957)
Tome 6 - Passez muscade (1958)
Tome 7 - Plein gaz (1959)
Tome 8 - La villa du Long-Cri (1966)
Tome 9 - Choc au Louvre (1966)
Tome 10 - Les flèches de nulle part (1967)
Tome 11 - La poupée ridicule (1968)
Tome 12 - Le réveil de Toar (1968)
Tome 13 - Le grand combat (1968)
Tome 14 - La matière verte (1969)
Tome 15 - Tif rebondit (1969)
Tome 16 - L'ombre sans corps (1970)
Tome 17 - Tif et Tondu contre le Cobra (1971)
Tome 18 - Le roc maudit (1972)
Tome 19 - Sorti des abîmes (1972)
Tome 20 - Les ressuscités (1973)
Tome 21 - Le scaphandrier mort (1974)
Tome 22 - Un plan démoniaque (1975)
Tome 23 - Tif et Tondu à New York (1975)
Tome 24 - Aventure birmane (1976)
Tome 25 - Le retour de la Bête (1977)
Tome 26 - Le gouffre interdit (1978)
Tome 27 - Les passe-montagnes (1979)
Tome 28 - Métamorphoses (1980)
Tome 29 - Le sanctuaire oublié (1981)
Tome 30 - Echecs et match (1982)
Tome 31 - Swastika (1983)
Tome 32 - Traitement de Choc (1984)
Tome 33 - Choc 235 (1986)
Tome 34 - Le fantôme du samouraï (1986)
Tome 35 - Dans les griffes de la Main Blanche (1986)
Tome 36 - Magdalena (1987)
Tome 37 - Les phalanges de Jeanne d'Arc (1988)
Tome 38 - La tentation du bien (1989)
Tome 39 - Coups durs (1991)
Tome 40 - Prise d'otages (1993)
Tome 41 - A feu et à sang (1993)
Tome 42 - L'assassin des trois ville soeurs (1995)
Tome 43 - Les vieilles dames aux cent maisons (1995)
Tome 44 - Fort Cigogne (1996)
Tome 45 - Le mystère de la chambre 43 (1997)

A découvrir

Vous pouvez aussi découvrir d'autres excellents articles sur Krinein, comme celui-ci : Androïdes – Tome 2 : Heureux qui comme Ulysse