5.5/10Sword - Tome 1 : Vorpalers

/ Critique - écrit par Canette Ultra, le 28/08/2012
Notre verdict : 5.5/10 - Epée brille en la demeure ? (Ecrivez votre critique)

Temps de lecture estimé de l'article : 3 minute(s) - laisser un commentaire

Sword est une nouvelle production Soleil et le moins que l’on puisse dire c’est que le titre est sans équivoque par rapport à ce dont on va parler : les épées. Plus précisément, nous parlerons d’armes démons mais nous allons y revenir. Car avant d’entrer plus avant dans le découpage de cet album, il faut parler de la base : les artistes. Ainsi, aux commandes de cet album, Champelovier qui est d’un éclectisme confondant puisqu’il peut aussi bien nous parler d’un monde médiéval (Walkyrie), d’une odyssée spatiale (le tome 12 de Kookabura Universe) ou encore de Zombie (Zombie). Dans chaque cas, il fait grand étalage de héros un peu en marge de la société qui parviennent à survivre envers et contre tous. Pour l’accompagner, Kstic-Laci signe les dessins et cela le change d’ambiance après ses travaux récents sur Sherlock Holmes (comme ici). Nous n’avons donc pas des premiers venus et la saga démarre donc sous de bon auspices.

Sword - Tome 1 : Vorpalers
Et encore, elle n'est pas affûtée !
Nous découvrons donc une ville marchande (Elronde) où l’un des clans, les Frasyld, emploie les derniers Vorpalers. Ces mercenaires de légendes tiennent leur réputation sanglante de leurs exploits durant la dernière grande guerre au cours de laquelle ils ont montré toutes la puissance de leurs armes démons. Cependant, un complot et une terrible magie rendent les Vorpalers responsables d’un attentat en plein pourparlers de trêve entre clans. Les quatre survivants sont donc contraints de fuir. Présenté comme un survival, nous avons plutôt une histoire de fuite et de combat plus qu’un survival pur et dur. Ce tome est avant tout une mise en place des personnages et si le classicisme de ce tome est flagrant : fuite, amazones genre Mord'Sith, le groupe de survivant : un beau héros, une belle guerrière ou un gros balèze, c’est du connu. Cependant, la recette marche de part le charisme des personnages. L’espion des Frasyld par exemple est un personnage intéressant de part sa philosophie survivaliste. De même, le prince consort qui justifie son goût pour les traîtres et les ambitieux.

Sword - Tome 1 : Vorpalers
Cela veut dire qu'elle est chaude ?
Laci de son côté, n’est pas toujours à son aise. Si les combats ont un panache certain, les plans larges sont terriblement hésitants et il devient difficile de reconnaître les différents protagonistes tant le niveau de détail est faible. De même, lors de certains dialogues, certains personnages subissent les mêmes traitements de détails que nous venons de décrire. Ainsi, une belle amazone peut devenir une banale nana en armure en quelques cases. Néanmoins, si les personnages ne sont pas toujours au top, nous apprécions le travail effectué sur les décors et en particulier sur la fameuse arène.

Un tome de présentation qui parvient à titiller notre curiosité mais qui sera attendu au tournant lors du prochain tome. Ainsi, maintenant que tout est en place, nous attendons une explosion de révélations et d’actions.

Sword - Tome 1 : Vorpalers
Je vois ma maison !

A découvrir
Joe Bar Team
Joe Bar Team
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Les Formidables aventures de Lapinot - Tomes 1, 2, 3, 4 et 6
Sambre
Sambre